Logo des ANMT

Document du mois de juillet 2017

mois précédent   retour    mois suivant

Une mine à ciel ouvert d'Amiante !

Fleuron des Trente Glorieuses, l’usine minière de l’Amiante a connu bien des aléas avant sa fermeture définitive le 12 juin 1965. C’est en 1898 que le filon d’amiante de la commune de Canari, en Corse, est mis à jour.
Inexploité, il est découvert une seconde fois en 1927 par le géologue Eggenberger, employé par la société Eternit.

Entre 1929 et 1930, une production semi-industrielle est mise en place mais l’exploitation sera vite arrêtée en raison du contexte économique. Ce n’est qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale que la société a la possibilité de remettre la production en route.
L’usine, construite à flanc de montagne, fut achevée en 1953. Lors de sa mise en production, la société espérait une exploitation de 5 000 tonnes d’amiante par an. Dans les années 1960, elle atteint 28 000 tonnes annuelles. Les plans du projet du Fin Broyage présentés ce mois-ci proviennent du fonds de la Fédération des chambres syndicales de minerais, minéraux industriel et métaux non ferreux (1847 – 1996) et plus spécifiquement du sous-fonds du Comité d’organisation des minerais et métaux brut (COMMB). Ce fonds, de plus de 45 ml d’archives et déposé en 2000, se compose essentiellement de procès-verbaux de réunion des assemblées générales, du conseil d’administration mais également de circulaires, de comptes rendus de visite des différentes usines, de photographies… En plus des plans, le dossier de l’usine Canari regroupe des comptes rendus de visite, des notes et de la correspondance concernant l’exploitation de la mine. Ces archives sont communicables sur autorisation préalable en salle de lecture.

 
2000_030_096_001Société minière de l'Amiante, Usine Canari 1.
Plan de coupe du Fin Broyage (plan n°1020), 1942. ANMT 2000_030_096

 
2000_030_096_002Société minière de l'Amiante, Usine canari 1.
Vues en plan du projet du Fin Broyage (plan n°1021), 1942. ANMT 2000_030_096.