Logo des ANMT

Document du mois d'octobre 2018

mois précédent    retour           

Roger Debaye, un professionnel au service du sport

2009 032 005Carte de presse, pass pour le bus
fanion des Jeux Olympiques de Melbourne
du 22 novembre au 8 décembre 1956.
ANMT, fonds Roger Debaye, 2009 32 5.
                                     2009 032 005

En 1956, Roger Debaye couvre les jeux olympiques de Melbourne (Australie, 22 novembre au 8 décembre) en tant que journaliste sportif : les cartes de presse et autres souvenirs personnels que nous avons choisi de vous présenter ce mois-ci en témoignent directement. Ces documents d'archives d'une nature assez exceptionnelle illustrent aussi plus largement la diversité des métiers existant autour des sportifs eux-mêmes.

Roger Debaye (1913-1989) est d'ailleurs ancien sportif lui-même : il fût compétiteur au métropolitain club et membre de l’Équipe de France d'athlétisme en 1931 et 1932 (épreuve du saut en longueur). Il entame ensuite une première carrière éloignée du sport en devenant professeur de lettres et de philosophie. En parrallèle, il s'engage au sein de la Fédération française d’athlétisme (FFA), où il siége à la commission technique de 1936 à 1939 et de 1943 à 1945.

C'est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu'il entame véritablement un parcours professionnel au service du sport. Il devient d'abord moniteur national au sein de la FFA et adjoint du directeur technique national René Mourlon, qui lui confie la gestion des équipes de France pendant 10 ans (1948-1957). De 1946 à 1952 puis de 1962 à 1969, il conseilla nombre de champions, dont le décathlonien Ignace Heinrich médaillé d’argent des Jeux olympique de Londres en 1948 et médaillé d’or des championnats d’Europe de Bruxelles en 1950.

Il commence alors à publier autour de ces questions : en 1949 sort ainsi L'esprit du sport dans les université américaines, rapport de mission issu d'un voyage aux États-Unis. À partir des années 1960, il élargit son champ de compétences en devenant journaliste : il s’impose alors comme un reporter de talent, accumulant les postes à responsabilités. En 1965, on le retrouve ainsi comme journaliste au Parisien et au Miroir des Sports, tout en assumant les responsabilités de directeur du magazine Ski Français de 1964 à 1968. Au cours de sa carrière, il couvre une vingtaine de Tours de France, une dizaine de Jeux olympiques, de championnats mondiaux d’athlétisme, de cyclisme et de ski.

La carrière multiforme de Roger Debaye, qui témoigne d'une reconversion réussie à l'image de nombreux sportifs, fut récompensée à plusieurs reprises. Il reçut notamment le prix Martini du meilleur reportage sportif en 1961 et fut promu chevalier de la Légion d’Honneur en 1988. Il décédera un an plus tard à l’âge de 73 ans.

Le fonds :

Le fonds Roger Debaye a été donné aux Archives nationales du monde du travail en 2009 à l'instigation de sa fille, soucieuse de sauvegarder le patrimoine écrit et cinématographique laissé par son père. Ces archives renferment essentiellement des documents, objets et souvenirs collectés par le journaliste dans le cadre de ses activités d’entraîneur et de journaliste-cinéaste.

 

 
2009 032 005 003Carte de presse, pass pour le bus
fanion des Jeux Olympiques de Melbourne
du 22 novembre au 8 décembre 1956.
ANMT, fonds Roger Debaye, 2009 32 5.

                                     2009 032 005 003
2009 032 005 004Carte de presse, pass pour le bus
fanion des Jeux Olympiques de Melbourne
du 22 novembre au 8 décembre 1956.
ANMT, fonds Roger Debaye, 2009 32 5.
                                            2009 032 005 004