Logo des ANMT

Document du mois de février 2017

mois précédent  retour   mois suivant

La soufflerie Neu de l’Onera à Lille.

2011_009_245Institut mécanique des fluides de Lille (Nord).
Avant et arrière du ventilateur type « hélicoïdal » de la soufflerie horizontale de 3,80 m de diamètre.
photographie noir et blanc, 23,80 x 29,60 cm [1934].

ANMT, Neu, 2011_009_245. © ANMT


2011_009_246Institut mécanique des fluides de Lille (Nord).
Avant et arrière du ventilateur type « hélicoïdal » de la soufflerie horizontale de 3,80 m de diamètre.
photographie noir et blanc, 23,80 x 29,60 cm [1934].

ANMT, Neu, 2011_009_245. © ANMT
L’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera) du ministère de la Défense possède plusieurs sites en France : Châtillon (Hauts-de-Seine), Le Fauga-Mauzac (Haute-Garonne), Lille (Nord), Meudon (Hauts-de-Seine), Modane-Avrieux (Savoie), Palaiseau (Essonne), Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) et Toulouse (Haute-Garonne).

Celui de Lille a une histoire très riche, faite d’une succession de rattachements administratifs différents. Créé par décret présidentiel du 29 mars 1930 en tant qu’Institut de mécanique des fluides de Lille (IMFL), il est un centre d'enseignement supérieur et de recherches scientifiques en aérodynamique. Inauguré le 7 avril 1934 en périphérie de Lille, il dépend tout d’abord et jusqu’en 1938 de l’Université de Lille.
Entre 1938 et 1946, l’IMFL intègre le Groupement français pour le développement des recherches aéronautiques (GRA), fondation dépendant du ministère de l’Air. En 1940, les activités et le personnel sont évacués sur Toulouse à la suite de l’occupation du site par les Allemands, qui le laissent pourtant intact à la fin de la guerre.
En 1946 est créé l’Onera, auquel est alors rattaché le site de Lille. En 1950, il est de nouveau confié à l’Université de Lille et ce jusqu’en 1982. Depuis 1983, il est de retour dans le giron de l’Onera.


Le site implanté boulevard Painlevé, porte de Valenciennes à Lille, mobilise actuellement un total de 90 salariés (ingénieurs, cadres, techniciens, etc.) qui interviennent principalement en mécanique au sens large (fluides, solides, dynamique du vol) au profit de la sécurité des aéronefs civils et militaires.
Pour ses travaux, le centre est équipé de deux souffleries servant à tester les projets sur maquettes : une horizontale (construite en 1934), et une autre verticale (d’abord de 2 mètres de diamètre en 1938, puis de 4 mètres de diamètre en 1968). L’hélice de la soufflerie horizontale est construite par les établissements Neu de Lille, fondés en 1899 et spécialisés dans la construction mécanique du conditionnement de l’air (humidification des ateliers textiles, ventilation, dépoussiérage, transport pneumatique des poussières et déchets, débourrage de cardes), dont une partie des archives a été donnée aux Archives nationales du monde du travail, en 2001, 2006 et 2011.

Ce fonds d’environ 5 mètres linéaires et couvrant la période 1897-1994 conserve notamment de nombreuses photographies de leurs réalisations en France et à l’étranger.