Logo des ANMT

Document du mois de janvier 2017

          retour   mois suivant

La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans face à la crue de la Seine de 1910.

2011_022_37_004- Bulletin hygrométrique du Service hydrométrique du Bassin de la Seine (26 janvier 1910).
- Extrait d’un rapport du Service de la voie relatif à l’état de la situation sur la ligne Beaune-la-Rolande à Bourges, 26 janvier 1910.
- Plan de Paris indiquant les zones inondées par la crue de 1910 établi par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans
  pour l’obtention de dédommagements par la Préfecture de la Seine, 83 x 61 cm, 6 avril 1914.
C’est par le bulletin d’annonce des crues publié par le Service hydrométrique du Bassin de la Seine (service du ministère des Travaux publics relevant des Ponts-et-Chaussés) que la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans est informée le 21 janvier 1910 d’une crue importante.
Envisagée d’abord comme analogue à celle de 1882-1883, elle la dépasse pour atteindre le 28 janvier 1910 à midi le niveau maximal de 8,60 mètres sur l'échelle hydrométrique du pont d'Austerlitz à Paris, rappelant la crue de 1740.
La crue paralyse Paris et la banlieue en amont et aval pendant plusieurs semaines.
Comme celles de Lyon et de Saint-Lazare, la gare d’Orsay est directement touchée ainsi que son réseau, dont les ouvrages étaient pourtant établis pour résister à une crue forte, analogue à celle de 1876, soit 6,69 m.
Les archives de la compagnie révèlent comment elle est informée jour par jour et comment elle gère les coupures de fait des lignes de Paris à Orléans, les inondations de ses installations et les dégâts causés.
Les dédommagements s’étalent sur plusieurs années et ce jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale.
 
2011_022_37_001r
2011_022_37_003v
2011_022_37_003r