Nom du fonds :

Heilmann (Jean-Jacques), ingénieur

Entrée :

2005 060

Niveau de description :

Fonds

Fonds rattachés :

Sans

Dates extrêmes :

1860-1913.

Importance matérielle :

1,20 m.l. (155 articles dans 5 cartons Cauchard).

Statut :

Propriété de l'État,

Modalités d'entrée :

achat

Conditions d'accès :

Ce fonds est intégralement communicable.

Compte tenu des droits d’auteur attachés à certaines photographies, la reproduction des pièces de ce fonds est soumise à autorisation.

Instrument de recherche :

(pdf 2 085 Ko)

La description des documents composant ce fonds se présente sous la forme d’un répertoire numérique détaillé muni d’une annexe des dessins et croquis, d’une annexe des photographies, d’un cahier d’illustrations, d’un index des journaux et d’un index général. Il a été établi en juillet-août 2006 par Agnès Vanbalberghe, assistante qualifiée de conservation du patrimoine aux Archives départementales du Pas-de-Calais, dans le cadre d’un stage de formation initiale, sous la direction de Françoise Bosman, directrice du CAMT.

Divers :

(pdf 370 Ko)

Note sur la fusée

(jpg 70 Ko )

Image 2005 060 032

Brochure thématique :

Généalogie


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré au Centre des archives du monde du travail en 2005, suite à son achat à un collectionneur qui l’avait acquis auprès des descendants de l’inventeur. Il se compose de documents concernant l’inventeur et ses différentes recherches, et dont la typologie est très variée : photographies isolées ou réunies en albums, coupures de presse, croquis et dessins techniques, mémoires et brevets, ainsi qu’une pièce commémorative. A son arrivée, ce fonds se présentait comme collection de pièces sans organisation particulière, dont aucune pièce n’a été éliminée. Le classement choisi a permis de regrouper en premier lieu les documents concernant Jean-Jacques Heilmann et l’une des sociétés qu’il a créées, puis, chronologiquement, les pièces relatives à ses inventions successives.


Notice historique :

Fils du photographe du même nom et petit-fils de Josué Heilmann, qui réalisa de nombreuses innovations dans le domaine des métiers à tisser, Jean-Jacques Heilmann (1853-1922) est l’inventeur de la « Fusée électrique », locomotive considérée comme l’ancêtre des diesel actuelles. Cette locomotive combinait la traction vapeur et une source d’énergie électrique destinée à commander électriquement les roues motrices plutôt que par l’intermédiaire classique des pistons et des bielles, et ainsi, adoucir et accélérer le mouvement en réduisant l’usure du matériel et des voies. L’inventeur fait construire en 1892 la locomotive la Fusée électrique par l’atelier des Forges et chantiers de la Méditerranée et l’essaie sur une voie du champ de tir du Hoc, puis entre le Havre et Graville. Cette invention fit grand bruit dans la presse internationale et lui valut la nomination au grade de la légion d’honneur en 1894.

En 1897 est inaugurée la 2e locomotive Heilmann, dite « 8001 » de Paris–St-Lazare à Mantes. La Compagnie des chemins de fer de l’Ouest renonçant à l’exploitation de la locomotive, l’inventeur vend son usine en 1898 à la société américaine Westinghouse. Par la suite, il mettra au point de nombreuses autres inventions dans le domaine des transports telles que les roues indépendantes, le changement de vitesse progressif, le dispositif de commande de roues avant des véhicules automobiles, un poids lourd sans essieu, sans pneumatique, sans caoutchouc avec suspension compound dans l’intérieur des roues, une turbine à explosion (ancêtre des réacteurs) utilisant indifféremment l’essence, le mazout ou l’alcool.