Nom du fonds :

Saint-Frères, Usine de Saint-Ouen (Somme)

Entrée :

1994 003

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

204 AQ

Haras Boussac

1987 003, 1994 020

Groupe Boussac

1994 027

Établissements Peaudouce à Linselles (Nord)

Dates extrêmes :

1845-1987

Importances matérielles :

96,90 m.l. (1 343 unités archivistiques)

Statut :

archives privées propriété de l’État

Modalités d'entrée :

don

Conditions d'accès :

selon les délais légaux

Instruments de recherche :

(pdf 273 Ko)

1994 003 : Bordereau d'entré établi en 2005 par Laurence Benoist, chargée d’études documentaires, complété en 2006 par Romain Benoit, vacataire, et Gersende Piernas, chargée d’études documentaires, complété en 2017 par Gersende Piernas, chargée d’études documentaires et Emmanuel Vandecavez, adjoint technique d’accueil, surveillance et magasinage, sous la direction de Raphaël Baumard, conservateurs du patrimoine.

Brochures thématiques :

Activité textile

Généalogie


Présentation de l'entrée :

Le fonds est entré au Centre des archives du monde du travail en 1994. Maître Marie-Claude Duval, agissant en qualité de mandataire liquidateur dans le cadre de la liquidation judiciaire de l’entreprise FILARIANE, à Saint-Ouen (Somme), a fait don le 24 mars 1994 des archives des anciens Établissements Saint-Frères sur le site de l’Usine FILARIANE, dernier occupant des locaux.


Il s’agit essentiellement de documents concernant l’administration, la comptabilité, le patrimoine, le personnel et la production. Les autres archives seraient conservées au siège social de l’entreprise à La Madeleine (59).


Notice historique ou biographique :

L’usine des Établissements Saint-Frères de Saint-Ouen dans la Somme est fondée en 1863. Elle est une des plus importantes du groupe. Elle se situe à environ 25 km d’Amiens, sur les bords de la petite rivière La Nièvre. Il s’agit d’une filature de chanvre et de jute. La production se diversifie avec en 1879 l’installation d’une branche « corderie, câbles, cordes et ficelles » et en 1892 l’installation d’une fabrique de tresses et semelles en fils de jute.


En 1913, le groupe Saint-Frères emploie 14 000 personnes, dont 1 954 à Saint-Ouen. En 1930, avec la crise du jute, Saint-Frères et donc l’usine de Saint-Ouen, connaît un premier déclin.

En 1963, le groupe Saint-Frères est la deuxième entreprise textile française : elle emploie 6 000 personnes sur 9 sites (Flixecourt, Abbeville, Beauval, Harondel, Moulins-Bleus, Saint-Ouen, Étaples, Leers, Puyoo).

La cessation d’activité survient en 1968. Le site est repris par FILARIANE qui ferme en 1994.


Présentation du contenu :

Comptabilité ; inventaires ; bilans ; balances ; livres de paye ; livres ouvriers ; registres par catégories d'employés ou par atelier ; immobilisations ; entretien et vente de maisons ouvrières ; notes de service et informations extérieures (syndicats professionnels) ; dossiers de secrétariat ; études ; documentation.