Nom du fonds :

Société de construction des Batignolles

Entrée :

89 AQ (1995 031) et 1995 031 M

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

168 AQ

Société Batignolles-Châtillon [mécanique générale]

170 AQ

Compagnie générale de construction de locomotives [Batignolles-Châtillon]

2002 057

SPIE-Batignolles

Dates extrêmes :

1846-1958

Importance matérielle :

405 mètres linéaires (3484 unités documentaires, dont 89 AQ 1-18 en microfilm uniquement)

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

dépôt

Conditions d'accès :

sur autorisation du déposant

Instrument de recherche :

(pdf 1044 Ko)

Inventaire réalisé par M. Garrigues, C. Pris, B. Gille.

Brochure thématique :

Construction


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré aux Archives nationales à Paris en 1958 (entrée n°1385), sous la cote 89 AQ. Il s'agit du dépôt par la Société de construction des Batignolles de ses archives historiques. Les cotes 89 AQ 1-17 bis, ont été microfilmées sous la 151 Mi.

Ce fonds et les microfilms ont été transférés en 1995 au Centre des archives du monde du travail et ont reçu une nouvelle cote, 1995 031 et 1995 031 M. En 2006, d'autres cotes ont été microfilmées, 89 AQ 1203-1204, 1206, 1293, 1427-1432. Les bobines ont été cotés 2006 034 M.


Notice historique ou biographique :

En 1846, grâce à l'appui de banquiers qui avaient fondé la Compagnie du chemin de fer du Nord, est installée aux Batignolles, avenue de Clichy, une société en commandite sous la dénomination d'Ernest Gouin et Cie, du nom de son fondateur. Il s'agit à l'origine d'un atelier de constructions mécaniques destiné essentiellement à fournir des locomotives à vapeur aux grandes compagnies ferroviaires.


Dépassant très vite sa vocation initiale, cette entreprise se lance dans la construction de ponts métalliques en France, dont le premier est en 1852 celui d'Asnières, puis de lignes de chemin de fer dans le monde (1862, traversée des Pyrénées) et principalement dans l'empire colonial, enfin dans la réalisation de toutes sortes de travaux publics.


Son rapide essor amène en 1871 sa transformation en société anonyme sous la raison sociale de Société de construction des Batignolles, nom qu'elle conserve jusqu'à sa fusion en 1968 avec la Société parisienne pour l'industrie électrique (SPIE) pour donner naissance à SPIE-Batignolles. En 1928 elle rompt définitivement avec son objet initial en fermant ses ateliers de l'avenue de Clichy, dont elle fait apport à sa filiale, la Compagnie générale de construction de locomotives Batignolles-Châtillon.


Présentation du contenu :

89 AQ 1-9 bis

Voir microfilms

1995 031 M 0001-0018

Conseil d'administration.

1873-1953

89 AQ 10-18

Assemblées générales.

1847-1951

89 AQ 19

Statuts.

1846-1928

89 AQ 19-19 bis

Actions, actionnaires.

1846-1944

89 AQ 20-111

Archives.

1873-1928

89 AQ 111 bis-130

Administrateurs.

1926-1939

89 AQ 131-589

Secrétariat général.

1947-1956

89 AQ 590-847

Comptabilité générale.

1846-1947

89 AQ 848-2718,
            3218-3422

Dossiers techniques des chantiers et calques.

1853-1961

89 AQ 2719-2738

Brevets et procédés techniques.

1858-1937

89 AQ 2739-3109

Comptabilité des chantiers.

1923-1956

89 AQ 3110-3210

Filiales et participations.

1881-1955

89 AQ 3211-3212

Patrimoines.

1909-1940

89 AQ 3213-3216,
           3422-3484

Personnel.

1878-1930

89 AQ 3216

Brochures publicitaires de la Société de construction des Batignolles.

1919-1952

89 AQ 3217

Société coopérative de la Société de construction des Batignolles.

1941-1956