Nom du fonds :

ARBEL, FAMILLE

Entrée :

2006 083

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

70 AQ

Établissements Arbel

79 AQ

Chantier du Landy

Société civile de reconstitution immobilière de Douai et des environs

Société de construction des wagons de grande capacité

Société de location de wagons de grande capacité

Société d'exploitation de wagons de grande capacité

Société industrielle financière et immobilière

80 AQ

Société des habitations ouvrières du Nord et du Centre,

Société des habitations ouvrières de Douai,

Société civile de reconstruction immobilière de Douai et des environs

81 AQ

Société française de matériel agricole et industriel

96 AQ

Société des aciers comprimés – AGP

Société des fours à coke de Douai

Dates extrêmes :

1889-1979

Importance matérielle :

0,50 m.l. (60 unités documentaires, 3 cartons CAUCHARD)

Statut :

archives privées propriété de l'État

Modalités d'entrée :

achat de la Direction des Archives de France

Conditions d'accès :

libre

Instrument de recherche :

(pdf 145 Ko)

répertoire numérique élaboré en avril 2007 par Adrien Flamme, stagiaire en Master pro 1ère année Monde du travail : mémoire et patrimoine de l'Université de Lille 3, et achevé en avril 2008 par Gersende Piernas, chargée d’études documentaires.


Description de l'entrée :

Ce fonds est entré aux Archives nationales du monde du travail en 2007 et a été préempté par la Direction des Archives de France, pour le CAMT, lors d'une vente aux enchères publiques à Lyon le 14 décembre 2006. Il s'agit d'archives personnelles et familiales de Lucien Arbel, petit-fils du fondateur de la société du même nom. Il vient compléter le fonds déposé sous contrat par l'entreprise aux Archives nationales en 1955, sous le numéro d'entrée 70 AQ.


La présente entrée, résultant d'un achat, est donc propriété de l'État. Ce fonds se compose essentiellement de correspondance échangée entre les principaux membres de la famille Arbel : Pierre Arbel (1858-1934), le fils du fondateur, Lucien Arbel (1826-1892), son propre fils, Lucien (né en 1883), l'épouse de ce dernier, Suzanne et dans une moindre mesure, avec d'autres membres de la famille Arbel, Luc Arbel, frère de Pierre Arbel, la grand'mère et la mère de Lucien Arbel, les sœurs de ce dernier et ses enfants.


Une première partie, échangée entre Pierre Arbel et son fils, concerne la gestion des Établissements Arbel, notamment face aux deux guerres mondiales, dont un important dossier sur leur procès pour collaboration en 1939-1945. Par ailleurs, d'autres membres de la famille participent au sein de leur correspondance avec ces deux dirigeants à la gestion par leurs conseils.


Une seconde partie relate pour l'essentiel de la vie de la famille Arbel : évènements familiaux, éducation des enfants, voyages.


Ce fonds, par son caractère essentiellement familial, permet de prendre connaissance sous un autre angle de la vie dans l'entreprise et les répercutions de la situation nationale et internationale au niveau économique et politique sur celle-ci, les choix et les réactions des dirigeants, devant la situation désastreuse des Forges de Douai après la Première guerre mondiale par exemple, les relations entre dirigeant (Pierre Arbel) et salarié/héritier (Lucien Arbel), dont les rapports sont à la fois professionnel et privé. Il permet aussi de mieux comprendre la stratégie de l'entreprise, notamment avec la correspondance envoyée des Etats-Unis et du Royaume-Uni par Lucien Arbel à son père.


En outre, la correspondance familiale, en dehors des considérations strictement familiales, nous montre les répercutions du contexte économique et politique national et international sur la vie quotidienne d'une grande famille d'industriels.


Notice historique :

Les établissements Arbel sont fondés à Couzon, prés de Rive-de-Gier dans la Loire, en 1869, par Lucien Arbel (1826-1892), maître des forges, député et sénateur de la Loire. Il y fabrique des roues de locomotives et de wagons. En 1890, il fonde avec son fils, Pierre Arbel (1858-1934) les Forges de Douai pour la fabrication de wagons et de pièces métallurgiques lourdes. Il prendra ensuite la direction de l'entreprise.


Son fils Lucien Arbel (né en 1883) travaille aux côtés de son père dès son plus jeune âge. A partir de 1908, il fait une série de voyages d'études dans les usines métallurgiques au Royaume-Uni et Etats-Unis notamment, sur le type de gestion, les techniques employées et les innovations. De 1914 à 1915, il sera mobilisé durant la Première Guerre mondiale. Puis, il est chargé par son père de la gestion des forges de Couzon. A la suite d'un grave accident et d'une maladie, son père démissionne de son poste d'administrateur en novembre 1925. Lucien Arbel prend donc la direction de l'entreprise jusqu'à la guérison de son père en 1934. De 1925 à 1934, Pierre Arbel occupe la place de président d'honneur de l'entreprise.


En 1939, le fils de Lucien Arbel, Pierre Arbel (né en 1913), après la fin de ses études, fait son entrée dans l'entreprise familiale en tant qu'adjoint à la direction générale. Les Établissements doivent aussi faire face à une accusation de collaboration par le Comité départemental de Libération.