Nom du fonds :

LECLERCQ-DUPIRE, société de filature et tissage

Entrées :

1996 007, 2005 012, 2006 005

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

2016 052

Pierre Clarys, directeur de l’Usine Leclercq-Dupire à Saint-Python (Nord)

Dates extrêmes :

1849-1959

Importances matérielles :

1, 4 mètres linéaires au total et 27 unités documentaires

  • 1996 007 :0,7 m.l. soit 1 U.D.

  • 2005 012 :0,5 m.l. soit15 U.D.

  • 2006 005 :0,2 m.l. soit11 U.D.

Statut :

archives privées appartenant à l'État

Modalités d'entrée :

don

Conditions d'accès :

librement communicable

Instruments de recherche :

(pdf 007 Ko)

1996 007 : bordereau d'entrée

(pdf 008 Ko)

2005 012 : bordereau d'entrée

(pdf 011 Ko)

2006 005 : bordereau d'entrée

Brochures thématiques :

activité textile

Généalogie


Notice historique :

La société Leclercq-Dupire est une société de filature et tissage fondée en 1847 par M. Leclercq-Mulliez avec les capitaux de son père, M. Leclercq-Dupire. L'établissement, qui ne fait à ses débuts que du tissage (lainages et doublures) emploie 600 ouvriers en 1861. Les premiers métiers à tisser sont à main ; en 1862, 70 métiers mécaniques sont ajoutés aux 900 métiers à main déjà en service. Les métiers sont transportés à Wattrelos en 1865. Une filature renvideurs est commencée en 1887, et on construit le tissage de draperie de 1890 à 1893. Des ateliers de teinture et d'apprêts sont ajoutés en 1895. En 1911, l'établissement compte 30 000 broches (filature française et filature anglaise), et 1 500 métiers. Il se spécialise dans les pachas et l'alpaga. Des salles de cours, de théâtre et de sport, un dispensaire, une école complètent les installations.


En 1932, les établissements Leclercq-Dupire exploitent un tissage, une filature et un établissement d'apprêtage à Wattrelos, qui emploient alors respectivement 983, 432 et 217 personnes, ainsi que deux tissages annexes à Quennaumont et Saint-Python, dans le département du Nord (96 et 95 ouvriers en 1932). Ils tiennent également une maison de commerce à Roubaix (82 employés en 1932). S'y ajoutent par la suite un peignage, construit en 1934, ainsi qu'une usine de tissage à Aubenton, dans l'Aisne, à partir de 1950. En 1974, l'entreprise, alors contrôlée par Dollfuss-Mieg et Compagnie, est fusionnée au sein de la société Texunion SA, détenue à 51 % par DMC et à 49 % par le groupe Pricel, dont elle rassemblait les branches filatures et tissages.


Présentation du contenu :