Minutier central des notaires de Paris

Base de données ÉTAREP : ÉTAT des REPertoires des notaires de Paris du XVIe siècle à nos jours.

ATTENTION
Pour consulter ETAREP, il est nécessaire d'avoir le logiciel gratuit Adobe® SVG Viewer. Cette solution n'est pas compatible avec les navigateurs et systèmes d'exploitation récents. En septembre 2014, de nouveaux outils de diffusion seront mis en ligne sur la salle des inventaires virtuelle (SIV) permettant de consulter ces images sans restriction.
Interroger la base de données ETAREP

Les répertoires sont des registres établis par le notaire, où sont relevés dans l’ordre chronologique tous les actes passés dans une étude. Ils indiquent essentiellement la date, la nature de l’acte et les noms des principales parties concernées. Ils ont la particularité d’être à la fois des documents d’archives et les premiers instruments de recherche, contemporains ou établis à une date proche de la constitution du fonds.
Ces documents forment, à Paris, une série remarquable, puisque la grande majorité des études en est pourvue, de façon exceptionnelle au XVIe siècle et, plus régulièrement, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le Minutier central des notaires de Paris, section des Archives nationales, détient ainsi environ 3 300 répertoires, allant de la fin du XVIe au début du XXe siècle et correspondant à un total de plus de deux millions de pages (225 mètres linéaires de rayonnages).
ETAREP permet de diffuser les images numérisées, réalisées à partir des microfilms, de ces répertoires.

Répertoires des notaires : description et utilisation

1. Formes et contenu des répertoires
Les répertoires sont des registres établis par le notaire, où sont relevés dans l’ordre chronologique tous les actes passés dans une étude. Ils indiquent essentiellement la date, la nature de l’acte et les noms des principales parties concernées. Ils ont la particularité d’être à la fois des documents d’archives et les premiers instruments de recherche, contemporains ou établis à une date proche de la constitution du fonds. Ces documents forment, à Paris, une série remarquable, puisque la grande majorité des études en est pourvue, de façon exceptionnelle au XVIe siècle et, plus régulièrement, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle.
Le Minutier central des notaires de Paris, section des Archives nationales, détient ainsi environ 3 300 répertoires, allant de la fin du XVIe au début du XXe siècle et correspondant à un total de plus de deux millions de pages (225 mètres linéaires de rayonnages). ETAREP permet de diffuser les images numérisées, réalisées à partir des microfilms, de ces répertoires.

- À l’origine : des tables insérées dans les registres
Les notaires qui faisaient relier leurs minutes en registres ont parfois inséré, au début ou à la fin de ceux-ci, des tables destinées à favoriser l’accès aux documents. Ce sont, pour la plupart, des listes chronologiques ; elles peuvent être aussi alphabétiques. On trouve aussi quelquefois des tables par type d’acte. Vers le milieu du XVIe siècle, le classement est fait par ordre alphabétique des prénoms, alors qu’à la fin du siècle, c’est l’ordre alphabétique des noms patronymiques qui est retenu. Les tables insérées dans les registres, lorsqu’elles ont été repérées (trente et une études sont concernées pour un total de plus de 10 000 feuillets) seront diffusées, avec les répertoires, sur la base ETAREP.

- Les répertoires chronologiques
Sous l’Ancien Régime, les répertoires chronologiques (les plus anciens – XVIe et début XVIIe – sont souvent de forme oblongue) indiquent la date de l’acte, sa nature et les noms des parties, parfois sans les prénoms. Établis a posteriori – écrits sous la dictée en fin de mois, d’année ou d’exercice de notaire –, ils peuvent comporter des omissions et des erreurs dans l’orthographe des noms. Rédigés à une date de plus en plus proche de la passation de l’acte, leur présentation va s’améliorant jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, la bonne tenue des répertoires (ils sont cotés et paraphés) et leur précision (nature de l’acte – y compris les actes passés en brevet –, noms, prénoms, qualités, professions et domiciles des parties) en font de véritables recueils d’analyses.

À noter :
Un répertoire, donnant un relevé des actes dans l’ordre chronologique, peut concerner deux notaires successifs. On trouve parfois, dans ces documents, des listes d’actes manquants, relevés lors des récolements effectués au changement du titulaire de l’office.

- Répertoires alphabétiques et tables d’actes (actes classés par noms de clients)
Pour la commodité de leurs recherches, les notaires ont établi, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des répertoires alphabétiques aux noms de leurs clients ; ces tables, qui renvoient plus ou moins exactement aux répertoires chronologiques, complètent avantageusement les répertoires, mais elles sont rarement remises aux Archives car elles font partie des papiers privés du notaire. Celles qui sont conservées au Minutier central sont reproduites, comme les répertoires, sur la base ETAREP.

2. Lacunes
Dans la presque totalité des cas, les répertoires ne couvrent pas la partie la plus ancienne du fonds des minutes, et certaines séries comportent des lacunes (19 778 articles de minutes sur un total de 171 000 sont dépourvus de répertoires). Pour une étude, en revanche, l’étude XXXII, avant 1787, seuls les répertoires ont été conservés. Les lacunes les plus importantes concernent l’étude LXIII, détruite dans sa totalité en mai 1871 et l’étude CIII pour laquelle on ne conserve que quelques répertoires de l’Ancien Régime et où une série suivie ne commence qu’en 1905.
> Pour en savoir plus, consulter la base de données Etanot.

3. Utilisation des répertoires pour la recherche
On dispose, grâce aux répertoires d'un inventaire analytique général, par études, des actes relevés dans l'ordre chronologique, avec mention de leur nature et du nom des parties. Quand on connaît le nom du notaire, ces répertoires sont la première source à utiliser pour rechercher un acte. Ils offrent les meilleures garanties d'exhaustivité, puisque tous les actes y sont mentionnés. La lecture de la liste chronologique des actes permet le survol rapide de toute une période.

On peut ainsi rechercher :
- un acte précis dont on connaît la date approximative, - d’autres actes concernant une personne, une famille ou un organisme quand on sait qu’ils ont été clients dans une étude.

À noter :
Les brevets, qui sont mentionnés dans les répertoires à partir de la Révolution, ne peuvent être trouvés dans les fonds du Minutier central car les notaires les délivrent aux parties sans en conserver de minutes. Le répertoire peut permettre, grâce aux indications portées en marge, de repérer des actes qui ne figurent pas à la place où on s’attendait à les trouver : acte(s) à la suite, actes passés par un notaire substituant, acte remis par un notaire à un confrère …
Normalement toutes les minutes d’un notaire sont portées à son répertoire, mais il peut y avoir des oublis. Quand un acte a plusieurs dates, il est inscrit, au XIXe siècle, seulement à la dernière ; cette règle ne s’applique pas systématiquement sous l’Ancien Régime, où l’on peut trouver l’acte inscrit à la première date.

Contenu : Notices descriptives ; les images

Le contenu d'Etarep

Tous les répertoires conservés au Minutier central pour les 122 études parisiennes sont destinés, quelle que soit leur forme, à être diffusés sur internet. Actuellement, les répertoires des études I à LXX sont disponibles.

Critères de description
A l’intérieur d’une étude, chaque notice descriptive correspond à l’exercice d’un notaire dans une étude. Ainsi, un notaire, qu’il ait un ou plusieurs répertoires, a une seule notice (Il existe cependant quelques cas, très peu nombreux, où un notaire ayant exercé dans deux études et ayant produit un répertoire dans chacune d’elles, ait deux notices.).
En revanche, lorsqu’un répertoire recense les actes de plusieurs notaires, son contenu est décrit dans plusieurs notices.

Les répertoires chronologiques ont été découpés en années (quelquefois en groupes de mois lorsque le nombre d’images correspondant à une année est trop important), les tables alphabétiques par tranches de lettres. La présentation en plusieurs parties de certains répertoires a été respectée (exemple : répertoire de minutes, puis de brevets ou de constitutions de rentes).

Les critères de recherche suivants ont systématiquement été renseignés :

Les types d’actes (minutes, brevets, constitutions de rentes, inventaires, testaments, ….) ont été pris comme critère de recherche uniquement lorsque le notaire les a inscrits séparément des autres actes dans son répertoire. Quelques noms de clients sont également indexés, lorsque les actes concernant ces clients constituent une liste distincte du reste du répertoire. Enfin, les dessins et autres mentions exceptionnelles ont été indexés sous la rubrique « mentions marginales intéressantes ».

Lacunes
Quelques répertoires, essentiellement les plus récents, sont en cours de numérisation : ils sont décrits dans la base mais leurs liens images ne fonctionnent pas actuellement.

Mode d'emploi de la base Etarep

Les recherches possibles
Outre les recherches classiques, possibles également sur le répertoire lui-même ou sa reproduction sur microfilm, ETAREP permet des recherches systématiques par date et des recherches croisées par nom de notaire, par date et/ou par type de répertoire.

De Pléade à la notice d’un notaire
Pour accéder à la notice d’un notaire, plusieurs modes d’interrogation sont possibles

:Recherche plein texte :
Recherche par nom de notaire (ex : Couvreur) ou numéro d’étude (ex : étude VIII).

Formulaire spécifique archives notariales (recommandé)
Vous pouvez interroger par nom de notaire (en vous aidant d’une liste alphabétique), par numéro d’étude, par cote de répertoire et enfin par intervalle de dates, ce qui est très utile quand on ne connaît pas le nom du notaire qui a passé l’acte que l’on recherche.

Interroger la base de données ETAREP

Archives nationales (France) retour vers la page d'accueil