Nom du fonds :

Société des houillères et fonderies de l'Aveyron

Entrée :

84 AQ (1995 028)

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

59 AQ

Société de Commentry, Fourchambault et Decazeville

110 AQ

Houillères du bassin d'Aquitaine (Groupe de l'Aveyron) Mines et usines de Decazeville

Dates extrêmes :

1826-1866

Importance matérielle :

3 mètres linéaires (52 unités documentaires)

Statut :

archives publiques

Modalités d'entrée :

dépôt

Conditions d'accès :

immédiatement communicable

Instrument de recherche :

(pdf 88 Ko)

Inventaire par Bertrand Gille, chef du service des Archives économiques.

Brochure thématique :

Mines


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré aux Archives nationales à Paris en 1957 (entrée n°1343), sous la cote 84 AQ. Il s'agit d'un dépôt effectué par les Usines chimiques et métallurgiques de Decazeville. Les houillères ayant été nationalisées en 1946, ces archives sont donc publiques.


Notice historique ou biographique :

La Société des houillères et fonderies de l'Aveyron est fondée en 1826 par le duc Decazes et un groupe de banques protestantes, pour introduire en France les procédés anglais. C'est pourquoi la cité qui prend naissance autour de l'usine porta le nom du fondateur de l'entreprise. Bâtie loin des minerais de fer, cette firme a toujours de grandes difficultés à vivre. Sur le point d'abandonner elle est reprise en 1862 par une société nouvelle soutenue par les Schneider. En 1892 l'usine est achetée par la Société de Commentry-Fourchambault.

En 1946, les Houillères sont nationalisées et se séparent des usines. Les Usines chimiques et métallurgiques de Decazeville (UCMD) sont alors créées. L'exploitation du charbon cesse en 1966. En 1968, les UCMD devenant Aciéries et usines métallurgiques de Decazeville (AUMD) déposent le bilan en janvier 1977 et se scindent alors en Société d'exploitation de la sidérurgie de Decazeville (SESD), Société des aciéries et fonderies de Decazeville (AFD), MMSR. En 1987, les AFD, la SESD puis l’usine de Vallourec ferment leurs portes. La MMSR se transforme en société anonyme afin de rebondir, devenant une sorte de coopérative ouvrière à laquelle prennent part 56 employés. S’étant installée sur la zone du Combal, la MMSR est devenue en 1988 la Mécanique et travaux industriels (MTI), elle-même devenue en 1994 S.A.S. filiale du groupe Figeac Aéro.


Présentation du contenu :


84 AQ 1-8

Conseil d'administration.

1829-1865

84 AQ 9

Censeurs.

1829-1863

84 AQ 10-12

Assemblées générales.

1826-1865

84 AQ 13-37

Directeur.

1827-1865

84 AQ 38-45

Secrétariat.

1839-1865

84 AQ 38, 46-52

Agence de Paris.

1839-1865