Nom du fonds :

Groupe Philippart, compagnies de chemins de fer

Entrées :

72 AQ, 73 AQ, 74 AQ

Niveau de description :

Fonds.

Fonds rattaché :

2008 013

Compagnie du chemin de fer du nord

Dates extrêmes :

  • Entrée 72 AQ : 1869-1877

  • Entrée 73 AQ : 1868-1885

  • Entrée 74 AQ : 1869-1876

Importances matérielles :

  • Entrée 72 AQ : 0,5 m.l., 2 unités documentaires ou 2 registres.

  • Entrée 73 AQ : 1,80 m.l., 46 unités documentaires ou 45 registres.

  • Entrée 74 AQ : 0,10 m.l., 2 unités documentaires ou 2 registres.

Statut :

archives publiques. (loi de nationalisation de 1937)

Modalités d'entrée :

dépôts de la S.N.C.F. et de la Compagnie des Chemins de fer du Nord

Conditions d'accès :

immédiatement communicable. (cote 73 AQ 40 manquante)

Instrument de recherche :

(pdf 109 Ko)

Inventaire Bertrand Gille, complété en 2012 par Marie-Eugénie Mougel, étudiante en deuxième année du Master professionnel archéologie, patrimoine et archives, spécialisation monde du travail et archivistique de l'université de Lille 3, sous la direction de Gersende Piernas, chargée d'études documentaires.


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré aux Archives nationales Site de Paris en 1956 (n°1263), sous les numéros d'entrées 72 AQ, 73 AQ et 74 AQ. Le 72 AQ a été déposé par la SNCF, le 73 AQ et le 74 AQ ont été déposés par la Compagnie du chemin de fer du Nord.

Il s'agit des archives des Compagnies de chemins de fer du Groupe Philippart, qui ont été absorbées par le réseau d’État et la Compagnie du chemin de fer du Nord. Avec la nationalisation des compagnies de chemin de fer en 1937, ces archives sont donc publiques.


Ces archives ont été transférées en 1994 et 1995 au Centre des archives du monde du travail, sous les numéros d'entrée 1995 021, 1994 040, 1994 041.

Des documents retrouvés dans le dépôt ont été réintégrés dans le 73 AQ en 2012.


Notice historique ou biographique :

Une loi de 1865 avait autorisé les Conseils généraux à concéder des lignes d'intérêt local. Le groupe Philippart (directeur général de la société des bassins houillers du Hainaut) chercha à fusionner ces divers tronçons pour concurrencer les grands réseaux, mais ces compagnies éprouvèrent des difficultés financières et Simon Philippart lui-même fut mis en faillite en 1877.


Le chemin de fer d’Orléans à Rouen fut construit par M. de Ridder dont les papiers figurent sous la cote 11 AQ 1 à 8 et 25 à 27 des Archives nationales. Cette compagnie exploitait des voies secondaires concédées par les Conseils généraux. On chercha à fusionner ces divers tronçons pour concurrencer les grands réseaux. Les lignes qui le constituaient furent reprises par le réseau de l’Etat.


Les chemins de fer de Picardie et des Flandres, voies secondaires fusionnées comme les précédentes, furent absorbées en 1879 par la Compagnie du Nord après la faillite du groupe Philippart.


La Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes, créée en 1869 pour répondre au développement économique du département du Nord, et contrôlée par le même groupe, avait été absorbée par la Compagnie du Nord dès 1876.


La convention de 1883 ratifia définitivement la reprise de ces voies secondaires par les grands réseaux.


Présentation du contenu :

72 AQ 1-2

Compagnie du chemin de fer d'Orléans à Rouen

1869-1877

73 AQ 1-46

Chemins de fer de Picardie et des Flandres

1868-1885

74 AQ 1-2

Compagnie du chemin de fer de Lille à Valenciennes

1869-1876