Nom du fonds :

SOCIÉTÉ DE COMMENTRY, FOURCHAMBAULT ET DECAZEVILLE

Entrées :

59 AQ, 2006 022

Niveau de description :

Fonds

Fonds rattachés :

84 AQ

Société des houillères et fonderies de l'Aveyron

102 AQ

Société civile des mines de Joudreville

110 AQ

Compagnie des mines de Campagnac

123 AQ

Société des Forges et Aciéries de Firminy

124 AQ

Établissements Jacob Holtzer

139 AQ

Compagnie des forges et aciéries de la Marine-Homécourt

165 AQ

Seynave-Dubocage

167 AQ, 200 AQ, 209 AQ, 2007 053

Société des forges et ateliers du Creusot - SFAC -, puis CREUSOT-LOIRE et filiales

168 AQ

Société Batignolles-Châtillon

169 AQ

Société de fabrication de matériel de forage.

170 AQ

Compagnie générale de construction de locomotives

171 AQ

Société H. Ernault-Batignolles

172 AQ

Société anonyme des établissements Lemoine

173 AQ

Société d'exploitation des ateliers Julien et Cie

174 AQ

Compagnie financière Delattre-Levivier

175 AQ

Compagnie des forges de Châtillon-Commentry et Neuves-Maison

208 AQ

Marine-Wendel, archives des mines

Dates extrêmes :

1758-1968

Importances matérielles :

  • 59 AQ :920 unités documentaires (59 AQ 2-15bis, 18-26, 487-489, 910-918 également en microfilm ; 59 AQ 189-207 uniquement en microfilm ; 59 AQ 906 également numérisée), 47,40 mètres linéaires

  • 2006 022 :298 unités documentaires, 1 mètre linéaire

Statuts :

59 AQ 001-918

archives privées données à l’État

59 AQ 919-920

propriété de l'État, achat de la Direction des archives de France

2006 022

propriété de l'État suite à la liquidation de l'entreprise Creusot-Loire

Modalités d'entrée :


Condition d'accès :

59 AQ 001-920

librement communicable

2006 022

libre

Instruments de recherche :

             Archives originales :

(PdF 163 Ko)

59 AQ 001-920,répertoire méthodique établi en 2013 par Gersende Piernas, chargée d'études documentaires - à partir des répertoires numériques réalisés en 1952 par Bertrand Gille, complétés par les Archives nationales en 1986 et par Gersende Piernas en 2006 - et complété en 2016 par Raphaël Baumard, conservateur du patrimoine

(PdF 370 Ko)

2006 022, inventaire par Pauline Dassé.

             Archives Numérisées :

(pdf 13 Ko)

Liste des cotes numérisées

(pdf 10 Ko)

Inventaire 59 AQ Num.

Galerie d'images :

2005 070 1 :Album photographique. s.d. (cote 59 AQ 906)


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré aux Archives nationales en 1952, 1958, 1970, 1971 et 1986 (numéros d'entrée 867, 1386, 2253, 2329, 3458), sous la cote 59 AQ (articles 001 à 918). Il s'agit d'un dépôt de la société Creusot Loire.

Creusot-Loire a été liquidée en 1985. Le syndic liquidateur, Maître Matthieu Ferrari à Paris, en a fait don aux Archives nationales par lettres des 17 septembre et 9 octobre 1985.


Plusieurs fonds ont été distingués :


L’inventaire a été réalisé par B. Gille.


Il a été transféré en 1996 au Centre des archives du monde du travail, sous le numéro d'entrée 1996 064.


La cote 59 AQ 919, constituée d'un journal de vente du mesureur-surveillant des Houillères de Commentry de 1829 a été acheté pour le CAMT par Direction des Archives de France à la librairie Devaux, à Moulins (Allier), en avril 2006. L'inventaire a été réalisé en juillet 2006 par Gersende Piernas, chargée d'études documentaires.


La cote 59 AQ 920, constituée d'un rapport du conseil d'administration à l'assemblée générale du 26 février 1968 de la Société métallurgique d'Imphy a été retrouvé au CAMT. Il fait suite à l'article 59 AQ 918 – 2006 029 M 0020).


Les cotes 1bis et 26 ont été réintégrées dans le fonds en 2016 après avoir été retrouvées par les Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).


Les photographies (album et pièces isolées, 59 AQ 906, 907, 908 et 909) ont fait l'objet d'un inventaire spécifique, 2006 022, seules les photographies isolées de la cote 59 AQ 909 ont été rangées dans cette nouvelle entrée et recotée 2006 022 005-298.


Notice historique :

En 1821, les Boigues, marchands de fer à Paris, fondent dans la Nièvre, à Fourchambault, la première grande forge « à l'anglaise », selon les techniques les plus modernes. Pour l'alimenter en fonte, ils rassemblent un certain nombre de fourneaux du Nivernais et du Berry. Les grandes concentrations du Second Empire unissent ce groupe à l'usine d'Imphy, à celle de Montluçon et à la houillère de Commentry.


L'usine d'Imphy est détachée de la société et destinée, avec celle de Saint-Seurin, à la mise au point du procédé Bessemer. En 1869 ces deux établissements seront à nouveau réunis à l'ensemble de la société. En 1891 et 1892 sont absorbées les Mines de Brassac et la Société des forges et fonderies de l'Aveyron qui, créée en 1826 et réorganisée en 1868, avait été l'une des premières grandes usines métallurgiques intégrées de France. En 1930, les usines de Mazères et de Pamiers sont également réunies au tronc commun. Entre 1900 et 1950, d'autres établissements moins importants ont déjà été absorbés.


Historique des filiales :


Les Charbonnages des Deux-Sèvres, les Charbonnages du Centre, la Compagnie des mines du Mazel, les Forces motrices de l'Ariège, la Société civile de Batère, la Société des mines de manganèse de Las Cabessas, la Société métallurgique de l'Ariège ont été absorbés par la Société de Commentry, Fourchambault et Decazeville.


La Société des forges et fonderies de l'Aveyron est créée en 1826 et réorganisée en 1868. C'est l'une des premières grandes usines métallurgiques intégrées de France. Elle est absorbée en 1892 par la Société de Commentry, Frouchambault et Decazeville.


En 1892, la Société nouvelle des houillères et fonderies de l'Aveyron est absorbée par la Société de Commentry-Fourchambault absorba, qui avait elle-même acheté, après la faillite de 1865, l'ancienne Société des houillères et fonderies de l'Aveyron, fondée par le duc Decazes en 1826. L'exploitation de Decazeville devait éprouver de tout temps des difficultés inhérentes à la qualité médiocre des gisements utilisés. En 1910, la Société acheta les mines de Campagnac (arr. Millau, Aveyron), qui furent jointes aux établissements de Decazeville.


Société Boigues, Rambourg et Cie : en 1821, les Boigues, marchands de fer à Paris, fondent dans la Nièvre, à Fourchambault, la première grande forge « à l'anglaise », selon les techniques les plus modernes. Pour l'alimenter en fonte, ils rassemblent un certain nombre de fourneaux du Nivernais et du Berry. Les grandes concentrations du Second Empire unissent ce groupe à l'usine d'Imphy, à celle de Montluçon et à la houillère de Commentry.


Présentation du contenu :


59 AQ 0001-0188, 527-551, 0919

Société de Commentry, Fourchambault et Decazeville

1758-1953

59 AQ 0189-0424

Société métallurgique de l'Ariège

1865-1937

59 AQ 0425-0426

Compagnie des mines du Mazel

1860-1862

59 AQ 0427-0431

Compagnie des mines de Campagnac

1862-1907

59 AQ 0432

Charbonnages des Deux-Sèvres

1907-1909

59 AQ 0433-0443, 0885

Charbonnages du Centre

1907-1942

59 AQ 0444-0450

Société des mines de manganèse de Las Cabessas

1906-1917

59 AQ 0451-0459, 0854-0884

Société civile de Batère

1908-1937

59 AQ 0460-0486

Forces motrices de l'Ariège

1897-1934

59 AQ 0487-0526

Société nouvelle des forges et fonderies de l'Aveyron

1868-1894

59 AQ 0814, 0886-0899

Société Boigues, Rambourg et Cie

1854-1874

59 AQ 0900-0918, 0920

Société d'Imphy et de Saint-Seurin-Société métallurgique d'Imphy

1863-1968

2006 022

Photographies (cote d'origine 59 AQ 909)

1913 – s.d. [ca 1955]