Nom du fonds :

Banques départementales

Entrée :

55 AQ (1996 102 M)

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1818-1848

Importance matérielle :

4 bobines de microfilms (101 mètres).

Statut :

archives publiques

Modalités d'entrée :

microfilmage

Conditions d'accès :

librement communicable

Instrument de recherche :

(pdf 72 Ko)

Inventaire réalisé par Bertrand Gille, complété en 2014 par Camille Guilhot, stagiaire, en Master 2 Métiers des archives à l’université d’Aix-Marseille, sous la direction de Gersende Piernas, chargée d’études documentaires.

Brochure thématique :

Négoce, courtage, banque


Présentation de l'entrée :


Les archives des Banques départementales ont été microfilmées par les Archives nationales en 1951 (cote : 38 Mi). Les microfilms ont été transférés au Centre des archives du monde du travail en 1996, sous la cote 1996 102. En 2006, ils ont fait l’objet d’une recotation, sous le numéro 1996 102 M.


Notice historique :


En dépit de son titre, la Banque de France demeure longtemps la Banque de Paris. Les comptoirs créés sur l'ordre de Napoléon ne survivent pas à la chute de l'Empire. On a cependant apprécié leur utilité et c'est pour les remplacer que sont créées les premières banques départementales. Ces banques reposent sur les mêmes principes que la Banque de France et possèdent le monopole de l'émission des billets de banque dans le ressort de leur département. Un premier groupe voit le jour dès le début de la Restauration : Rouen (ordonnance du 7 mai 1817), Nantes (11 mars 1818), Bordeaux (23 novembre 1818). Un second groupe se forme dans les premières années d'expansion économique de la Monarchie de juillet : Lyon (29 juin 1835), Marseille (27 septembre 1835), Lille (25 juin 1836), Le Havre (25 août 1837), Toulouse (11 juin 1838), Orléans (8 novembre 1838).

Après 1836, la Banque de France reprend d'ailleurs son expansion en province et, créant des comptoirs, cherche en conséquence à limiter la création de nouvelles banques départementales, malgré l'opinion d'une large fraction du monde commercial qu'effraie l'idée d'un « monopole» de la Banque de France. Celle-ci profite des difficultés nées de la crise de 1848 pour absorber les banques départementales et les transformer en comptoirs (décrets des 27 avril et 2 mai 1848).


Présentation du contenu :


55 AQ 1-9

1996 102 M 0001-0004

Succursales de la Banque de France

1818-1848