Nom du fonds :

Institut national de la consommation - INC- : presse consumériste étrangère.

Entrée :

2013 002

Niveau de description :

fonds

Fonds rattaché :

sans

Dates extrêmes :

1963-2010

Importance matérielle :

37,20 ml.

Statut :

archives privées

Modalités d’entrée :

don

Conditions d’accès :

communicabilité immédiate

Instrument de recherche :

(pdf 177 Ko)

Répertoire numérique réalisé en 2014 par Céline Watterlos, stagiaire en Licence professionnelle Développement et valorisation du patrimoine culturel de Lille1, sous la direction de Marie Triot, secrétaire de documentation et Laurence Carpentier, bibliothécaire.

Brochure thématique :

Commerce


Présentation de l’entrée


Ce fonds est entré, sous forme de don, aux Archives nationales du monde du travail en 2013 à l’occasion du déménagement de l’Institut national de la consommation de la rue Lecourbe à la rue Tiphaine à Paris par l’entremise de Madame Natacha Coquery professeur d’histoire économique et d’histoire moderne à l’université Lyon 2, via le partenariat avec l’association Étienne Thil1 (sur les conseils de Jean-Claude Daumas).


Le fonds est constitué des principales revues étrangères influentes dont les éditeurs sont des organisations de consommateurs (associations de consommateurs ou organismes institutionnels chargés de la politique de consommation).

Cette documentation a été rassemblée pour la production des publications de l’INC (Consommateurs Actualités, INC Hebdo, 60 millions de consommateurs) et d’information pour le mouvement consumériste.


Le fonds permet ainsi d’avoir une vision d’ensemble sur les modes de consommations à l’étranger, permettant un regard croisé entre les différents continents. Cette documentation issue des organisations de consommateurs d’Amérique, Asie, Europe, Océanie est rédigée dans la langue du pays. Les sujets aussi divers que les banques, l’informatique, l’immobilier, l’agroalimentaire, les assurances ainsi que les nombreux tests sur les produits de grande consommation permettent de comprendre les préoccupations d’une société et ses modes de consommation, ainsi que l’impact de l’évolution technologique sur ces modes.


Quand cela était possible, les sites internet des revues ou des associations de consommateurs ont été mis en notes de bas de page. Lors de la réalisation de cet inventaire, l’ensemble des revues a été intégré sous forme de notices dans le logiciel de bibliothèque PMB.


Environ 1 mètre linéaire de doublons a été éliminé.


Historique


Issu du mouvement consumériste qui émerge dès le début du XXe siècle, l’Institut national de la consommation est l’héritier du Bureau de la consommation institué par le ministère de l’Économie après la Seconde Guerre mondiale et qui assure le secrétariat du Comité national de la productivité.


C’est au sein de ce comité que naît en 1951, avec le soutien des syndicats et des pouvoirs publics, l’Union fédérale de la consommation – devenue depuis l’Union fédérale des consommateurs (UFC).


En 1960, le Comité national de la consommation (CNC) est créé.

En 1961, paraît le premier numéro du magazine de l’UFC, Que choisir ?

1966, marque la naissance de l’Institut national de la consommation (INC), « centre technique de la recherche, d’information et d’étude » mis à la disposition du CNC, des groupements de consommateurs et des pouvoirs publics.

En 1990, l’INC, qui était alors un établissement public administratif, devient un établissement public à caractère industriel et commercial. Cinq ans plus tard, son magazine 50 millions de consommateurs prend le nom de 60 millions de consommateurs.


Cet EPIC est donc placé sous la tutelle du Ministre chargé de la Consommation, les missions de l’Institut national de la consommation sont régies par le Code de la consommation.

Il doit ainsi apporter un appui technique aux organisations nationales de consommateurs et aux centres techniques régionaux de la consommation ; produire et diffuser des études, des enquêtes et des essais ; mener des actions d’information, de communication, de prévention, de formation et d’éducation ; fournir un appui technique à la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), à la Commission des clauses abusives (CCA) et à la Commission de la médiation de la consommation (CMC).

L’Institut national de la consommation possède un Centre de ressources et d’expertises qui réalise des essais comparatifs de produits et de services, qui conduit des actions de formation auprès des organisations de consommateurs et qui développe un fonds documentaire spécialisé.

Les associations de consommateurs, existent dans de nombreux pays. Certaines sont regroupées au niveau européen dans le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) et au niveau international dans Consumers international.


Présentation du contenu :


Revues étrangères

2013 002 001-045

Amérique

1966-2008

2013 002 046-056

Asie

1984-2008

2013 002 057-201

Europe

1966-2010

2013 002 201-212

Océanie

1963-2007

2013 002 213-219

Éditeurs internationaux

1977-2005


1 Convention Commerce et Grande distribution signée le 8 novembre 2010 entre cette dernière et les Archives nationales du monde du travail (ANMT).