Nom du fonds :

Rayon sportif féminin (RSF)

Entrée :

2007 068a

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

2007 068

FEDERATION SPORTIVE ET CULTURELLE DE France (F.S.C.F)

Dates extrêmes :

1898-2002

Importance matérielle :

0,10 m.l. (1 unité documentaire, 1 boîte d'archive)

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

dépôt

Conditions d'accès :

communication et reproduction libre

Instrument de recherche :

(pdf 2 448 Ko)

répertoire numérique réalisé en 2007, par Michaël Lepage, archiviste à l’Académie Nationale Olympique Française


Présentation de l’entrée :

Les archives de la Fédération Sportive et Culturelle de France ont été déposées aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, en septembre 2007, au sein du Pôle national des archives du monde sportif et dans le cadre du programme MéMoS (mémoire du sport).

Les archives de la FSCF et du RSF étaient conservées à Paris dans le 11e arrondissement, au siège fédéral de la FSCF. Une partie des Archives du Rayon Sportif Féminin sont entrées dans celles de la Fédération en 2002 par un don d’Elisabeth Chevirer qui tenait ces archives de sa mère, Simone Thibodaux, monitrice fédérale au R.S.F. de 1937 à 1945.


Historique :

Créé en 1910, le RSF, devient en 1937 la Fédération Nationale d’Éducation Physique. Malgré son changement de titre, elle restera, cependant, dans l’esprit populaire, encore largement appelée le RSF. Le RSF a pris part au développement du mouvement sportif féminin dès le début du siècle et en est l’un des plus brillants exemples.


Fondé par les Sœurs de Saint Vincent de Paul, le RSF avait pour objet de favoriser le développement physique et moral des jeunes filles. En octobre 1940, à la suite d’une décision du Commissariat Général au Sport, les fédérations féminines sont dissoutes et leurs activités entrent dans le giron des fédérations masculines correspondantes. Le RSF fusionne donc avec la FGSPF. Elle augmente ainsi considérablement les effectifs de cette dernière et devient de fait mixte dans sa composition comme dans ses effectifs. La FGSPF accorde, dans l’administration de la fédération, une place importante aux anciens cadres du RSF, et lui concède une autonomie technique absolue.


Après-guerre, la Direction Générale de l’Éducation Physique et des Sports tenant compte du fait que le RSF a fusionné avec la FGSPF sous la contrainte lui fait savoir qu’il peut s’il le désire revenir à ses statuts précédents. Dans son assemblée générale et l’unanimité, la RSF se prononce pour le maintien de la fusion et devient la section féminine de la fédération. En 1947 est créée, au sien de la FICEP, la Commission Internationale Féminine, présidée par mademoiselle Eyques, l’une des figures les plus importantes du RSF. Puis en 1949, le RSF participe activement à l’organisation des premières épreuves féminines sportives internationales.


Avec ses 2000 sociétés et ses 200 000 adhérentes le RSF constitue, à la Libération, le plus grand rassemblement des sportives françaises chrétiennes et l’une des figures majeures du mouvement sportif féminin.


Présentation du contenu :

Il s’agit essentiellement des documents relatifs à la création et au fonctionnement de la FSCF et du RSF : statuts, règlements, dossiers de création et de fusion, dossiers des fondateurs, comptes rendus d’assemblées générales et du comité directeur, rapports d’activités, dossiers de formation et de stage, dossiers des compétitions sportives, documentation, correspondance, dossiers de relations nationales et internationales, distinctions honorifiques, comptabilité, dossiers de personnels, patrimoine, assurances et litiges, bibliothèque et documentation.