Nom du fonds :

COMITE PIERRE DE COUBERTIN

Entrée :

2007 016

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1949-2007

Importance matérielle :

2,20 m.l. (treize boîtes 32 x 10 x 26 cm, cinq boîtes 34 x 15 x 26 cm et un carton 51 x 35 x 1cm)

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

dépôt

Conditions d'accès :

communication et reproduction libre

Instrument de recherche :

(pdf 049 Ko)

Répertoire numérique réalisé en 2007 par Mickaël Lepage, archiviste à Académie Nationale Olympique Française.


Présentation de l’entrée :

Les archives du Comité Français Pierre de Coubertin ont été déposées aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, en novembre 2007, au sein du Pôle National des Archives du Monde Sportif et dans le cadre du programme MéMoS (mémoire du sport). Il s'agit des archives du Comité de promotion de l’œuvre de Pierre de Coubertin et de réflexion sur le monde sportif. Ces archives étaient conservées à Paris à la Maison du Sport Français, au siège du Comité National Olympique et Sportif Français. Il s’agit essentiellement des documents relatifs aux actes de constitutions (statuts et règlements intérieurs), au fonctionnement et à la vie du Comité : comptes rendus d’assemblées générales et de conseil d’administration, dossiers de réflexion, dossiers de relations avec les instances sportives nationales et internationales, dossiers des adhérents, correspondance, documents comptables, dossiers de subventions, presse, documentation interne et annuaire. Lors du classement du fonds du Comité Français Pierre de Coubertin 0,50 m.l. ont été éliminés.


Historique :

Le Comité Pierre de Coubertin a été fondé par Alfred Rosier, chef de Cabinet du Ministre des Sports de Jean Zay jusqu’en 1939, puis, Après-guerre, directeur de la main-d’œuvre au Ministère du Travail ; Jean-François Brisson, professeur de Droit à l’Université de Bordeaux ; et Pierre Rostini, journaliste au Figaro et directeur de publication.


Créé le 3 août 1950, à Paris, avec l’accord d’Yvonne de Coubertin, nièce du rénovateur des Jeux Olympiques, le Comité Pierre de Coubertin s’attache à faire connaître dans son ensemble l’œuvre de Pierre de Coubertin, d’en dégager et propager les enseignements d’ordre moral et pédagogique; d’encourager le développement et la pratique saine du sport, des activités physiques et de plein air ; de réfléchir et de faire connaître des propositions à leur sujet selon les idéaux définis par Pierre de Coubertin.


En 1954, le comité comprend 78 membres et compte quelques grandes personnalités issues pour la plupart du milieu sportif, médical, administratif et militaire. Le Comité change une première fois de nom pour devenir le Comité Pierre de Coubertin France. Puis, en 1973, deux ans avant la création du Comité International Pierre de Coubertin, le Comité devient le Comité Français Pierre de Coubertin. A la création du CIPC, le Comité Français Pierre de Coubertin rappellera à M. de Navacelle que le comité fondateur de France souhaite conserver sa part « légitime d’autorité doctrinale, morale et intellectuelle ».


A partir des années 1980, le Comité loin de devenir « une chapelle du souvenir du rénovateur des Jeux Olympiques » comme s’en défend son président, Pierre Comte-Offenbach, il s’érige en cercle de réflexion et d’étude du sport contemporain. Par la voix de son président, le comité déclare lors de son trentième anniversaire : « Nous sommes les gardiens de la flamme rallumée par un grand humaniste. »