Nom du fonds :

Schneider et Compagnie

Entrée :

2006 054 M

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1837-1949

Importance matérielle :

8 bobines de microfilms

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

prêt microfilmé

Conditions d'accès :

sur autorisation

Instrument de recherche :

(pdf 77 Ko)

Répertoire numérique réalisé par Arthur Kral, stagiaire en master 2 archives d’Amiens, en mai 2014, sous la direction de Marie Triot, secrétaire de documentation, en reprise d’un inventaire réalisé par Isabelle Guérin-Brot et P. Étienne.


Présentation de l'entrée :


Ce fonds est entré le 28 mars 1985 aux Archives nationales. Il a été déposé par Didier Pineau-Valencienne, directeur général de l’entreprise. Par la suite, ce fonds a été transféré au Centre d’archives du monde du travail en 2006. En 2000, l’entreprise évoque la clause de révocabilité du contrat de dépôt pour récupérer les 50 ml conservés. La rétrocession du fonds s’acheva en décembre 2002. Le fonds est aujourd’hui conservé par l’Académie François Bourdon au Creusot. Une petite partie du fonds a été microfilmé et les microfilms ont été transférés aux Archives nationales du monde du travail en 2006 et sont rentrés dans les collections sous le numéro d’entrée 2006 054 M. Ce fonds est composé de registres comptables de 1837 à 1949.


Notice historique ou biographique :


Schneider et Compagnie, actuel Schneider-Electric, est une société spécialisée dans la fabrication de l’acier. Elle a été fondée en 1836, suite à l’achat de mines du Creusot par les frères Adolphe et Eugène Schneider. Ces frères ont tiré profits de la Révolution industrielle pour développer leur entreprise jusqu’à la chute du Second Empire. L’entreprise diversifie son activité pour y intégrer la fabrication électrique et la fabrication du béton après la Grande Guerre. Ils profitent également de l’ouverture française sur la Ruhr pour développer leur activité en Allemagne puis dans toute l’Europe. Après la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise traverse une nouvelle crise de restructuration et abandonne l’industrie de l’armement au profit de la construction civile, secteur en plein essor. En 1969, l’entreprise quitte les mains de la famille Schneider pour arriver dans celle d’Édouard Jean-Empain qui n’arrive pas à faire fructifier les nouvelles activités de l’entreprise. En 1981, Didier Pineau-Valencienne prend la direction de l’entreprise et recentre l’entreprise sur les métiers de l’électricité. En 1999, Schneider devient Schneider-Electric. Aujourd’hui, Schneider est un des leaders mondiaux dans la fabrication d’outils de production énergétique. C’est une des entreprises du CAC 40.


Présentation du contenu :


2006 054 M 001-004

Grands-livres

1837-1866

2006 054 M 005-007

Journaux de fin d’exercice

1849-1949

2006 054 M 008

Inventaire industriel

1837-1838