Nom du fonds :

Société minière et coloniale de l'Ouest africain Henry Mollet et Cie

Société anonyme des dragages aurifères du Tinkisso

Entrées :

2005 009, 2016 057

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

[1892] 1900-1928 [1932]

Importance matérielle :

10,10 m. l.

Statut :

archives privées appartenant à l’État.

Modalités d'entrée :

  • 2005 009 : achat des Archives de France en 2003 et en 2005

  • 2016 057 : achat des ANMT en 2016

Conditions d'accès :

immédiatement communicable

Instrument de recherche :

(pdf 186 Ko)

2005 009+2016 057 :Répertoire méthodique


Présentation de l'entrée :

La Direction des Archives de France a acquis pour le Centre des archives du monde du travail deux ensembles de documents, le 21 juillet 2003 chez le libraire Roch de Coligny à Paris et en 2005 chez le libraire Jack Gonnet à Millau (Aveyron).

Ces deux lots sont réunis sous la même cote 2005_039, car ils ont la même provenance : la Société minière et coloniale de l'Ouest africain sise 164, rue de Courcelles à Paris (17e) et la Société anonyme des dragages aurifères du Tinkisso à la même adresse encore intitulées Henry Mollet et Cie du nom de son principal dirigeant.


Cet ensemble est classé en mai 2011 par Françoise Bosman, conservateur général et directrice des ANMT qui produit un répertoire numérique détaillé.


Ce fonds est complété en 2016 d’une nouvelle entrée cotée 2016_057, acquise par les ANMT auprès de la librairie Le Bail. Le répertoire numérique initial a alors été transformé en 2017 en répertoire méthodique afin d’y intégrer l’entrée 2016 057.


L'intérêt du fonds est considérable : il renseigne sur les motivations économiques de la colonisation et sur la prise de possession de richesses naturelles bien connues et utilisées par les populations indigènes. On mesure là toutes les facettes de la mécanisation avec l'arrivage brutal de machines performantes et l'introduction de substances nocives (arsenic et cyanure) dans l'environnement jusque-là totalement naturel. Les rendements d'extraction de l'or par dragage du lit des rivières sont absolument stupéfiants : l'AOF française est bien la part d'Afrique la plus riche pour l'or affleurant au sol, en voisinage avec les champs pétrolifères.


Un tel fonds donne une lecture rétrospective de la géopolitique contemporaine sur le continent africain, ainsi qu'en Amérique latine (Colombie).


Notice historique ou biographique :


La Société minière et coloniale de l'Ouest africain, créée en commandite simple le 26 mai 1903, au capital de 900 000 francs au début du XXe siècle, peut être considérée comme une société d'études.


Arrivée la première au moment de la formation de l'empire colonial français en Afrique, elle a créé un immense domaine à exploiter, composé des meilleurs territoires miniers qu'elle a pu choisir en toute liberté (un total de 600 000 hectares coûtant environ 60 000 francs de droits annuels à payer au Gouvernement français). Elle a eu recours aux meilleurs ingénieurs français. Elle a opté pour un système d'exploitation par sociétés interposées, en cédant les permis acquis tout en conservant un intérêt dans les entreprises concessionnaires. La situation pour elle est donc unique et privilégiée dans toute l'Afrique occidentale française (AOF), au Congo et en Colombie.


Elle possède en Guinée française et Haut-Sénégal et Niger 33 permis de recherches et d'exploitation aurifères (rivière Tinkisso, rivière Milo, rivière Fie, rivière Sankarani, région d'Ouassoulou). En Côte d'Ivoire, elle possède 24 permis pour la recherche de l'or et du pétrole (région du Sanwi).


En Amérique latine, elle possède en Colombie 17 000 hectares de terrains platinifères et aurifères contenant aussi d'autres métaux et des terrains propices au caoutchouc.


Indissociable de la précédente société, la Société anonyme des dragages aurifères du Tinkisso, créée en 1904, est spécialisée dans la recherche des gisements d'or dans les fleuves. Au centre des colonies françaises d'Afrique en effet, sur les territoires du Sénégal et de la Guinée française se trouvent les plus importants gisements aurifères de l'Afrique traversés par le chemin de fer de Kayes à Bamako. « 2.700 milles carrés dans lesquels l'or se trouve partout » (Wood, ingénieur des Mines, mission 1903). En outre, les cours d'eau sont parfaitement dragables. Les populations africaines avaient exploité ces très riches alluvions de longue date. L'évaluation des ingénieurs ayant conduit les prospections au début du XXe siècle était de 4 à 5 grammes d'or par mètre cube, soit une valeur de l'époque de 12 à 15 francs au mètre cube. Ces chiffres étaient au-dessus de ceux des Anglais dans la Gold Cost voisine. La Société bénéficia à sa création de l'apport de 200 kilomètres concédés par décision du Gouvernement de la Colonie de la Guinée française (22 décembre 1902) à une précédente société : la Société des mines et dragages de la Haute Guinée, Niger et Soudan. Elle possède 6 permis d'exploitation par dragages sur la rivière Tinkisso.


Amérique latine

Les documents relatifs à la recherche de minerais précieux d'or et de platine en Colombie (Amérique latine) sont relativement peu nombreux, mais très intéressants. La Société minière et coloniale de l'Ouest Africain Henry Mollet et Cie prospecte les gisements d'or et de platine situés sur les deux rives du rio Negro et du rio Cajon, du rio Jamana et du fleuve San Juan (district du Choco, département du Cauca, en République de Colombie). Un ensemble de documents administratifs et juridiques, de rapports de missions et de correspondance, de dossiers techniques concernant des sondages et les machines utilisées, des photographies et des plans permet d'appréhender entre 1903 et 1923 les enjeux de ces activités, leur organisation interne par la Société Henry Mollet et Cie et les relations avec les pouvoirs publics locaux.


Présentation du contenu :


2005 009 001-008

Actes constitutifs de sociétés pour l'exploitation du sous-sol africain.

1903-1913 et s. d.

2005 009 009-022

Réunions statutaires.

1904-1928 et s. d.

2005 009 023-089

Fonctionnement.

[1893] 1902-1925

2005 009 090-182,

2016 057 01-08

Activités des deux sociétés : prospection et exploitation minières.

[1892] 1900-1923 [1932]

2005 009 183-264

Documents hors format : cartes géographiques et géologiques des explorations et des concessions, plans de matériels.

1901-1911 et s. d.