Nom du fonds :

Jacques GEORGES, président de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA) et de la Fédération Française de Football (FFF),

Entrée :

2004 026

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1953-2002

Importance matérielle :

5 m.l. (113 unités documentaires, 22 cartons CAUCHARD)

Statut :

Archives privées données à l'État

Modalités d'entrée :


Conditions d'accès :

libre

Indisponibilité en salle de lecture

L’ensemble du fonds est incommunicable

Instrument de recherche :

(pdf 046 Ko)

répertoire numérique réalisé par Noureddine Séoudi chef de projet du Pôle national des archives du monde du sportif en préfiguration, sous la direction de Valérie Poinsotte, conservatrice en chef en 2004 et Gersende Piernas, chargée d’études documentaires en 2007.

Présentation de l’entrée :

Ce fonds est entré au Centre des archives du monde du travail en juillet 2004 dans le cadre du programme MéMoS et de la convention régionale du Centre Bernard Jeu, partenaire du Centre des archives du monde du travail. Suite au décès de Jacques Georges, sa nièce, Madame Marielle Plouvier de Sercey a souhaité faire don à l'État des archives de son oncle. Le fonds se compose de statuts, rapports, comptes rendus, procès-verbaux, correspondance, photographies, périodiques et documentation diverse.


Biographie :

Jacques Georges est né le 30 mai 1916 à Saint-Maurice-sur-Moselle dans les Vosges. Ancien international universitaire, il œuvra, au cours d’une longue carrière, au service du football français, européen puis mondial. Il fut d’abord dirigeant au FC Nancy avant d’être élu à la présidence de la Ligue de Lorraine de football (1959-1972), puis de la Fédération française de football de 1968 à 1972. En 1983, il prit la tête de l’Union des Associations Européenne de Football (UEFA) à la mort d’Artémio Franchi. Il devint ainsi le premier Français élu à cette fonction dans laquelle il fut confirmé au Congrès de Paris en 1984, puis en 1986 pour quatre années, lors du Congrès de Cascais au Portugal. Durant son second mandat, il dut faire face au drame du Heysel (Belgique) en mai 1985, qui fit 39 morts et plusieurs centaines de blessés lors de la finale de la Coupe des clubs champions opposant les équipes de Liverpool et de la Juventus de Turin. Il sortit très affecté de cette explosion de violence dans le football. En 1990, il quitta la présidence de l’UEFA dont il devint président d’honneur. Lennart Johansson lui succéda à cette fonction. Il fut également vice-président de la Fédération international de football association (FIFA) au sein de laquelle il dirigea la commission des finances.

Du 29 novembre 1993 au 19 février 1994, il occupa de nouveau le poste de président de la Fédération française de football, le temps d’assurer l’intérim après la démission de Jean Fournet-Fayard. Membre du comité d’organisation de la coupe du monde 1998, il s’éteignit le 25 février 2004 à l’âge de 87 ans. Organisateur et gestionnaire consciencieux, il conserva la majeure partie des échanges épistolaires qu’il eut tout au long de sa vie de grand dirigeant sportif.