Nom du fonds :

Carrez-Bernard, fabrication de savon mou et épicerie

Entrée :

2003 046

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1898-1981

Importance matérielle :

0,50 mètres linéaires (7 unités documentaires)

Statut :

archives privées appartenant à l’État

Modalités d'entrée :

don

Conditions d'accès :

immédiatement communicable

Instrument de recherche :

(pdf 93 Ko)

Répertoire CAMT.

Brochure thématique :

Commerce


Présentation de l'entrée :

Ce fonds a été donné le 1er août 2003 au Centre des archives du monde du travail par Madame Brigitte Carrez, veuve de Hubert Carrez, qui conservait à son domicile, ancien siège de l’entreprise familiale, les archives de cette dernière. Mme Carrez a souhaité conserver plusieurs documents originaux, quelques plans qui ont donc été photocopiés et dont la copie est conservée avec les autres originaux sous la cote 2003 046/007 ; une photographie prise rue de Lannoy dont la copie est conservée sous l’article 001. Quelques aquarelles réalisées par Jules Carrez sont toujours en sa possession. Pour les chercheurs désireux de consulter les plans originaux, Madame Carrez pourra accéder à leur demande, par l’intermédiaire du CAMT. D’autres documents avaient été éliminés avant la prise de contact avec notre Centre.


Notice historique :

Eugène Carrez, ingénieur est le successeur à Roubaix de Natalis-Legros (savonnerie du cheval blanc), fabrique de savons gras, en 1899. Eugène, né à Merville en 1875 est le fils de Jules Carrez, ingénieur des arts et métiers et de Mlle Deldique. Après avoir épousé Albertine Bernard, l’entreprise porte le nom de Carrez-Bernard dans les années 20. L’entreprise de savons mous et de glycérine, développe d’autres activités comme l’épicerie en gros, la torréfaction de cafés, les pétroles-essences-huile. L’argent des dommages de guerre permet à Eugène la construction de 2 immeubles boulevard Jean-Jaurès à Roubaix qu’il destine à ses fils, ainsi que l’aménagement d’un magasin-chemiserie-confection et chaussures à Merville.

Hubert et André, fils de Eugène et Albertine reprendront l’activité de l’entreprise familiale. L’entreprise emploie plusieurs personnes : convoyeur, chauffeur-livreur, préparateur-magasinier, représentant... En 1958, la fabrication du savon mou cesse, puis en 1987 l’activité de l’entreprise familiale s’arrête définitivement.


Présentation du contenu :

Les documents rassemblés se composent de nombreuses notes manuscrites de l’ancêtre Eugène Carrez au sujet des recettes de fabrication du savon, mais aussi des souhaits de réalisation pour ses propriétés en construction, des échanges de correspondance avec l’architecte Jacques Barbotin pour la construction avenue Jean Jaurès ; de plaquettes publicitaires ; de plans pour les constructions et installations à réaliser.

Sont à signaler également quelques comptes rendus de nombreuses réunions et commissions, notamment du comité d’entreprise et du comité d’hygiène et sécurité, ainsi que des projets de fusion ou de reprise et des bilans sociaux.