Nom du fonds :

Société GB-BSN-Danone, fonds audiovisuel

Entrée :

2000 029

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1982-1993

Importance matérielle :

0,10 mètres linéaires (239 K7, 6 bobines, diapositives)

Statut :

archives privées appartenant à l’État

Modalités d'entrée :

don

Conditions d'accès :

immédiatement communicable pour les diapositives

non communicable pour les autres supports

Instrument de recherche :

(pdf 153 Ko)

Répertoire thématique : par Estelle Duflot, étudiante en maîtrise de filmologie à Lille III, sous la direction de Laurence Benoist, chargée d’études documentaires, 2004.

Description des diapositives par Peggy Verfaillie.


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré au Centre des archives du monde du travail en 2000. Monsieur Hubert Le Campion, réalisateur, a fait don le 28 mars 2000 de ses archives audiovisuelles d'information interne pour le groupe BSN Danone et surtout la branche Biscuits.


Notice historique :

Un des premiers groupes alimentaires dans le monde, le Groupe Danone, doit son succès à de véritables entreprises piliers qui ont dans les années 1970-1980 su se regrouper autour de grands dirigeants comme Antoine Riboud pour conquérir le marché de l'alimentaire.

Le 25 février 1966 deux entreprises verrières, la verrerie Souchon-Neuvesel (spécialisée dans le verre creux, dans la région lyonnaise) et les glaces de Boussois (spécialisée dans le verre plat, dans la région du nord), annoncent leur fusion. Antoine Riboud, entré en 1942 comme commercial chez Souchon-Neuvesel, prend la direction de cette nouvelle entreprise, baptisée BSN.

Après son OPA ratée sur Saint-Gobain, A. Riboud imagine alors une autre stratégie de développement pour BSN. En 1970, il prend le contrôle de Kronenbourg, d'Evian et de la Société Européenne de Brasseries ; mais c'est surtout en 1973 qu'il réalise la plus importante fusion entre BSN et Gervais Danone. Spécialisée dans les produits laitiers frais, l'entreprise Gervais Danone permet à BSN de s'implanter dans de nouveaux marchés et de faire de l'alimentaire la principale activité du groupe.

Fort des bouleversements économiques dans le secteur du verre, l'entreprise doit céder en plusieurs étapes à de grands groupes internationaux, spécialisés dans le verre plat, ce qui fit sa première richesse, les exploitations verrières. BSN peut alors se concentrer sur ses ambitions dans l'alimentaire.

A partir de 1980, A. Riboud multiplie les acquisitions dans l'industrie alimentaire pour donner à son groupe une dimension européenne. L'Espagne, l'Italie, entre autre, offrent les meilleures possibilités de développement dans des secteurs traditionnels comme les pâtes et les produits laitiers. Cette volonté de s'agrandir ne s'arrête pas là, d'autres marchés intéressent BSN comme les sauces, les confiseries mais surtout la biscuiterie.

En 1986, c'est donc l'entrée dans le biscuit. Après une bataille difficile, A. Riboud prend le contrôle du groupe Général Biscuit, dirigé par Claude-Noël Martin. Cette entreprise a été crée en 1978, au terme d'un processus complexe de rapprochement de 23 sociétés européennes (en France, Belgique, Hollande, Allemagne, Autriche) qui avait été entamé en 1965. Elle possède d'autres grandes marques internationales comme LU, l'Alsacienne et Heudebert.

Par le biais d'un marché du biscuit en forte expansion (dû à l'évolution des habitudes alimentaires des pays industriels) A. Riboud réussit en trois ans, après la fusion, à acquérir en bloc les filiales européennes du groupe biscuitier américain Nabisco en France (Belin), en Grande-Bretagne (Jacob's) et en Italie (Saiwa).

A l'issue de ces opérations BSN est devenu le troisième groupe alimentaire européen, leader en France, Allemagne, Belgique, Espagne...

A partir de 1990, la mondialisation du groupe s'accélère ; après Dannon Etats-Unis, A. Riboud cherche à conquérir les marchés de l'Europe centrale et orientale, le Sud-est asiatique et l'Amérique latine.

En 1994, A. Riboud prend une autre décision importante, il décide d'abandonner le nom BSN, sous lequel il a construit le groupe depuis 30 ans mais qui reste largement inconnu hors de France, au profit de Groupe DANONE, meilleur étendard pour un développement mondial.

En 1996, A. Riboud se retire du groupe, après avoir transformé une entreprise verrière française de taille moyenne en un des grands acteurs de l'industrie alimentaire au plan européen, devenu depuis un groupe mondial de 100 000 collaborateurs et avec un chiffre d'affaires de près de 14 milliards d'euros (chiffres de mai 2002).