Nom du fonds :

Via Banque

Entrées :

1998 030, 2002 042, 2007 070

Niveau de description :

fonds

Sous-fonds rattachés :

-

Dates extrêmes :

1860-1997

Importances matérielles :

  • 27,00 mètres linéaires (1998 030),

  • 17,00 mètres linéaires (2002 042),

  • 40,60 mètres linéaires (2007 070)

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

dépôt

Conditions d'accès :

communicable sur autorisation du déposant

Instruments de recherche :

(pdf 423 Ko)

1998 030 : répertoire numérique réalisé par Hélène Lhomme, stagiaire en maîtrise d'archivistique de l'Université de Mulhouse, et par le CAMT.

(pdf 173 Ko)

2002 042 : répertoire numérique réalisé en mai 2014, par Arthur Kral, stagiaire en Master 2 d’archivistique ; sous la responsabilité de Marie Triot, secrétaire de documentation.

(pdf 098 Ko)

2007 070 :bordereau détaillé réalisé par VIA BANQUE en 2007, puis complété en 2009 par Gersende Piernas, chargée d’études documentaires.

Brochures thématiques :

Négoce, courtage, banque

Généalogie


Présentation de l'entrée :


Via banque a déposé ses archives au Centre des archives du monde du travail en 1998, 2002 et 2007 sous les entrées 1998 030, 2002 042 et 2007 070. Ce fonds se compose de plusieurs sous-fonds de sociétés constituant Via banque (fusion, absorption) ou dans lesquelles Via banque est administrateur : Société de banque et de participations (SBP), Hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili, Fraimer SA, Banque Esprito Santo et de la Vénétie, Société anonyme L. B - Société Baudesson, Boden Boverat et Société Lafosse réunies.


Notice historique :


Via banque

Via Banque est une banque d'affaires issue de la fusion de plusieurs sociétés : la Société de banque et de participations (SBP), la Banque cotonnière et textile (Bancotex), Cotelle et Foucher SA et la Société continentale de Banque. En 1978, Le Monde SA, principal actionnaire de la SBP depuis 1964, achète 50 % du capital de Bancotex, qui prend alors le nom de Compagnie internationale pour l'investissement-Via Banque. En octobre 1978, elle fusionne avec Cotelle et Foucher SA. Elle est ensuite absorbée par la SBP en 1979, donnant naissance à Via Banque-Société de banque et de participations. En 1980, elle prend le nom de Via Banque. En avril 2002, Via Banque a fusionné avec la Banque d'Espirito Santo et de la Vénétie, l'ensemble prenant la raison sociale de cette dernière.


Société de banque et de participations (SBP)

La SBP tire son origine de la Société de Crédit colonial, constituée en 1860 afin de moderniser l'industrie sucrière. Elle devient Société de crédit foncier colonial en 1863 et élargit son champ d'activité aux emprunts fonciers. La crise économique des années 1870-1890, qui frappe de plein fouet les planteurs de canne à sucre, donne à la SCFC la propriété de nombreux domaines saisis, au point que les activités proprement bancaires deviennent annexes. La SFCF est toutefois mise en liquidation judiciaire en 1892 et 1906. En 1914, elle exploite trois usines à la Guadeloupe et sept sucreries à La Réunion.


En 1920, la société cède ses domaines fonciers et son actif industriel pour revenir à la banque, et devient en 1924 la Société de crédit foncier colonial et de banque. Au cours des années 1950, la SCFCB devient une filiale du groupe Boussac. En 1955, après l'absorption de la Société des hauts-fourneaux, forges et aciéries du Chili, elle prend la raison sociale de Société de banque et de participations, qu’elle garde jusqu’aux fusions-acquisitions qui donnèrent naissance à Via Banque en 1980.


Hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili

La Société des hauts-fourneaux, forges et aciéries du Chili (Hauforchil) est fondée en 1906 afin d'exploiter un gisement de fer au Chili. Elle construit une aciérie à Corral, à 700 kilomètres au sud de Santiago, tire un câble aérien pour le transport du minerai et aménage un port. Elle exploite également des forêts pour la fonte du minerai. Le gisement de fer arrivant à épuisement, une "Société forestière et d'élevage du Chiloé" est constituée pour reprendre les actifs industriels, tandis que la Société des hauts-fourneaux, forges et aciéries du Chili fusionne avec la Société de crédit foncier colonial et de banque en 1955.


Fraimer SA

Constituée en société anonyme en 1960, Fraimer, société de transports pétroliers, est pour moitié une filiale de la compagnie de navigation Fraissinet et Cyprien Fabre d'une part et de la société Les Pétroles d'Outre-Mer d'autre part. C'est en 1960 que Fraissinet et Cyprien Fabre, alors unique propriétaire du pétrolier "Alfred Fraissinet" (construit à Saint-Nazaire en 1958, il commence à naviguer l'année suivante), cède ce dernier à Fraimer SA. En 1959, la société avait pu assurer une charte-partie de huit ans auprès de la société maritime Shell. A l'expiration de celle-ci, en 1967, Fraimer vend le pétrolier, qui était son seul navire. La banque d'affaires Via Banque est l'administrateur de Fraimer SA.


Banque d'Espirito Santo et de la Vénétie

La Banque Espirito Santo et de la Vénétie a été constituée le 20 octobre 1945. Son siège se situe au 45 avenue Georges Mandel, dans le XVIe arrondissement de Paris. Elle exerce ses différents métiers dans le domaine de la banque d'entreprise, des financements spécialisés, des financements d'opérations immobilières pour des professionnels du secteur, des activités de trésorerie et des opérations de banque de détail en faveur des Portugais résidant en France. Elle fonde alors son développement sur les activités de banque commerciale pour le financement de l'industrie et du commerce, ainsi que sur des relations financières entre la France et les pays d'Europe du Sud. Elle a été absorbée par VIA BANQUE en 2002.


Société anonyme L. B – Société Baudesson, Boden Boverat et Société Lafosse réunies

L’ancienne maison Boverat, fondée en 1920 et au capital de 800 000 F, la société Ch. Baudesson, Lelièvre, Sloan et Cie au capital de 150 000 F et Boden S.A., au capital de 300 000 F, ayant des activités similaires et des administrateurs en commun, ont fusionné en 1960 pour former la société Baudesson, Boden et Boverat.

La nouvelle société Baudesson, Boden, Boverat oriente son activité commerciale vers le courtage de produits issus de l’industrie sucrière et betteravière. Elle participe même au projet d’ouverture d’un marché réglementé des sucres à la bourse de commerce de Paris au début des années 1960 ; cependant ce projet n’aboutira pas. En 1967, cette société fusionne avec la société E. Lafosse qui ajoute un capital de 2 200 000 F aux 1 900 000 F de la société Baudesson, Boden, Boverat. La société E. Lafosse a été constituée en 1939. Elle possède des parts dans la Société Agricole et Industrielle du Cameroun qui défend ses intérêts en Afrique. Sa principale activité réside dans le négoce de sucre roux et de sucre de canne.

La société anonyme L.B., société Baudesson, Boden, Boverat et société E. Lafosse réunies est le résultat de la fusion précédemment évoquée. La société profite de la mise en place de la Politique agricole commune (PAC) qui amène l’essor de la culture de betteraves sucrières dans le nord de la France. Au début des années 1970, la France devient le premier producteur mondial de sucre de betterave.

La société se spécialise dans le courtage des produits dérivés de la betterave fournis par les sucreries du nord de la France, telle que le sucre, la pulpe ou encore la mélasse. La pulpe et la mélasse de betteraves sont des sous-produits de la fabrication du sucre, on les retrouve dans l’alimentation du bétail. Entre deux campagnes de betteraves la société procède occasionnellement à des opérations de courtage de divers produits, comme des raisins secs, du sucre de canne provenant de l’Île Maurice, ou encore de la porcelaine.

La Société Commerciale et Industrielle d’Import-Export, fondée en 1957, exerce son activité dans les mêmes locaux que la société L.B., rue de Ventadour à Paris. Ayant des secteurs d’activité proche, elles collaborent régulièrement. En 1984, suite à des problèmes financiers, elle se trouve en surendettement. Ne pouvant rembourser toutes ses dettes elle fit l’objet d’une plainte auprès du Procureur de la république. La société L.B. prend en charge ses dettes et absorbe la S.C.I.I.E..

L’activité commerciale de la société L.B. ne cesse de croître jusqu’à la campagne 1984-1985 où l’activité commerciale de la compagnie porte sur plusieurs centaines de milliers de tonnes de sucre. Dés l’année suivante, l’activité décline, puis cède définitivement à la fin de l’année 1988.

En 1988, la société décide d’orienter son activité vers les marchés financiers. À cette occasion, la société se restructure, avec notamment l’entrée au conseil de surveillance de la Société de Banque et Financement et de la société Via Banque, qui fusionne en 2002 avec la banque d’affaire Espirito Santo et de la Vénétie, à la présidence du Conseil de surveillance.

La société L.B. comptait des clients du monde entier, ainsi trouve-t-on dans ce fonds des documents en français, en anglais, en allemand, en suédois, en espagnol, en italien et en néerlandais.


Présentation du contenu :


Via Banque

1998 030 0001-0378

Société de banque et de de participations (SBP)

1860-1975

1998 030 0379-0440

Hauts fourneaux, forges et aciéries du Chili

1889-1956

1998 030 0441-0530

Fraimer SA

1959-1980

2002 042 001-178

Société anonyme L.B., société Baudesson, Boden, Boverat et société E. Lafosse réunies

1893-1989

                     001-009

Société CH. Baudesson, Lelièvre, Sloan et Cie. 1950-1960.


                     010-020

Société anonyme Boden. 1928-1961.


                     021-035

Société Boverat, ancienne maison Boverat. 1893-1960


                     036-050

Société Baudesson, Boden, Boverat. 1959-1969.


                     051-062

Société E. Lafosse. 1929-1967.


                     063-091

Société Commerciale et Industrielle d’Import-Export. 1957-1984.


                     090-172

Société anonyme L.B. 1947-1989.


2007 070 001-0230

Banque d'Espirito Santo et de la Vénétie

1906-1997