Nom du fonds :

MINES DE LIÉVIN

Entrée :

1994 053

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1883-1966

Importance matérielle :

21,60 m.l. (30 registres, 6 cartons Cauchard, 1 pochette)

Statut :

Archives publiques

Modalités d'entrée :

dépôt des Archives départementales du Pas-de-Calais

Conditions d'accès :

Communicable selon le Code du Patrimoine

Instrument de recherche :

(pdf 102 Ko)

Répertoire numérique rédigé en 2008 par Valentine Leignel, étudiante en première année du Master Monde du Travail, Mémoire et Patrimoine, spécialisation archivistique de l'université de Lille III, sous la direction de Gersende Piernas, chargée d’études documentaires.


Présentation de l’entrée :

Les archives des mines de Liévin ont été conservées jusqu’en 1994 aux Archives départementales du Pas-de-Calais (convention signée le 21 avril 1967 et le 11 décembre 1976 entre les Houillères du Bassin Nord-Pas-de-Calais et le Département du Pas-de-Calais) puis transférées au Centre des Archives du Monde du Travail en octobre 1994 (convention signée le 17 octobre 1994 entre la directrice des Archives départementales du Pas-de-Calais, le directeur du Centre des Archives du Monde du Travail et l'Association Nationale de Gestion des Retraités des Charbonnages de France et des Houillères de Bassin, ANGR).

Le fonds des mines de Liévin se compose principalement de documents comptables, concernant essentiellement la période 1913-1945, ainsi que de quelques documents financiers et notes de service. Ces différents documents apportent des informations sur les actionnaires, les fournisseurs, les amortissements, la gestion des différentes fosses et sites (communes de Liévin, Avion, Eleu, Givenchy et Angres), les équipements et matériaux (matières premières, chemin de fer, équipage de chevaux, four à chaux, briqueterie, sablière, lavoir, port d'Eleu, centrale électrique, etc.), les travaux et entretiens, les différentes activités de la société, les dommages de guerre (1914-1918 et 1939-1945), la gestion du patrimoine (dont les cités ouvrières, les écoles, les terrains de sport), les réserves de prévoyance pour secours et pensions, les salaires et les accidents du travail (notes de service provenant des services sanitaires et sociaux).


Notice historique :

En 1858, la Société de recherche de Lens Midi effectue un sondage positif à Liévin. Des fosses sont ouvertes par des compagnies différentes (Lens et Lens Midi). La Société houillère de Liévin est créée par décret le 15 décembre 1862 sous la forme d'une société civile par action. Elle devient une Société Anonyme en 1920. Sa concession s'étend sur près de 1200 hectares sur le territoire de différentes communes (Avion, Méricourt, Liévin, Angres, Bully, Aix, Bouvignies et Sains). Avec la découverte de la houille, la ville passe de 1223 habitants en 1820 à 25 698 habitants en 1914. En 1890 la société emploie 2500 personnes, en 1900 4500 puis plus de 8000 en 1910 avant de redescendre à 5000 hommes au début des années 1930. La compagnie a fait construire entre 5000 et 6000 maisons dans les cités minières. Elle loge en 1911 plus de 16 000 personnes.


En 1890 la société produit 700 000 tonnes de charbon, en 1900 la production passe à 1 200 000 tonnes puis à 1 800 000 en 1910 avant de redescendre à 1 500 000 tonnes dans les années 1930 (répartie sur 15 fosses et 67 puits). L’histoire de la société est marquée par plusieurs accidents. Le premier en 1861 fait 2 victimes (fosse n°1), le deuxième 8 victimes en 1883 (fosse n°3), le troisième 28 victimes en 1885 (fosse n°1), le quatrième 10 victimes en 1957 (fosse n°3) et le dernier 42 victimes le 27 décembre 1974 dans la fosse Saint-Amé.


Les Houillères nationales du Nord-Pas-de-Calais sont créées par l'ordonnance du 13 décembre 1944. Les 18 compagnies initiales s’associent pour former neuf groupes : Douai, Valenciennes, Hénin-Liétard, Oignies, Béthune, Lens, Bruay, Liévin et Auchel. La loi du 17 mai 1946 instaure la nationalisation des charbonnages. A cette occasion les Houillères nationales du Nord-Pas-de-Calais deviennent les Houillères du Bassin Nord Pas-de-Calais (HBNPC). En avril 1953, le groupe de Liévin fusionne avec celui de Lens pour former le groupe Lens-Liévin. Entre 1960 et 1970, soixante puits ferment. L’accident de la fosse Saint-Amé en 1974 entraîne la fermeture du dernier puits.