Nom du fonds :

Syndicat national du personnel scientifique des Archives de France - C.G.C.

Entrée :

100 AS (1998 057)

Niveau de description :

fonds

Fonds rattachés :

sans

Dates extrêmes :

1959-1988

Importance matérielle :

1 m.l. (7 unités documentaires)

Statut :

archives privées

Modalités d'entrée :

don

Conditions d'accès :

selon la Loi Archives 2008

Instrument de recherche :

(pdf 91 Ko)

Répertoire numérique réalisé en 1995 par B. Joly.

Brochure thématique :

Les archives du mouvement mutualiste et du mouvement syndical


Présentation de l'entrée :

Ce fonds est entré en 1989 aux Archives nationales Site de Paris, sous la cote 100 AS. Il s'agit d'un don du Syndicat national du personnel scientifique des Archives de France (C.G.C.) de ses archives.


Ce fonds a été transféré en 1998 au Centre des archives du monde du travail, sous le numéro d'entrée 1998 057.


Notice historique ou biographique :

Autonome à l'origine, le Syndicat national du personnel scientifique des Archives de France s'affilie à la Confédération générale des cadres (CGC) vers 1963. Il a pour mission de défendre les intérêts matériels et moraux des conservateurs de la Fonction publique, travaillant soit à la direction des archives de France (ministère de la Culture) soit dans les collectivités locales (archives départementales et communales).

En 1971, le Syndicat national du personnel scientifique des archives de France s'allie à son homologue de la direction des musées de France pour constituer une fédération des cadres CGC du ministère de la Culture. En dépit de diverses tentatives d'implantation dans d'autres secteurs du ministère (Monuments historiques, direction des arts plastiques, Mobilier national, Centre national de la cinématographie etc.), cette fédération très lâche s'est généralement réduite aux archives et aux musées. La création en 1989 d'un corps unique de conservateurs du patrimoine provoque d'ailleurs la fusion des deux syndicats en un seul.


Présentation du contenu :

Le présent fonds (qui est susceptible de s'accroître) en contient deux en réalité : celui, très lacunaire, du syndicat des Archives et celui de la fédération de la Culture dont le président était généralement un archiviste et qui présente une lacune assez nette entre 1978 et 1981. Il renferme également - et c'est dans doute ce qui en fait l'intérêt majeur - les courriers reçus de la Fédération française des cadres de la fonction publique (FFCFP-CGC) : procès-verbaux du comité fédéral, circulaires, courriers etc. Ces documents permettent notamment de mesurer les difficultés rencontrées par cette fédération dans son fonctionnement et dans ses relations avec la Confédération générale des cadres.